La révolte d’Abushiri (1888-1890)

LB, 2 mai 2021

Au centre : Abushiri ibn Salim al-Harthi. Source : Hermann von Wissmann : Deutschlands grösster Afrikaner ; Sein Leben u. Wirken unter Benutzg d. Nachlasses dargest. unter Mitw. von … / C. v. Perbandt ; G. Richelmann ; Rochus Schmidt Erscheinungsdatum: 1906

Privé de ses colonies à la fin de la Première Guerre mondiale, le IIe Reich fut présent en Afrique pendant trente-cinq ans. Une histoire, éclipsée dans nos mémoires par le conflit de 1939-1945 et par l’Holocauste.

Bien que sa présence sur le continent africain soit avérée depuis le XVIIe siècle, surtout à travers des expéditions scientifiques, l’Allemagne n’avait pas de réelle politique coloniale. Alors que les autres nations se partageaient le monde (la France dès 1830 en Algérie, l’Angleterre en 1757 en Inde), l’Allemagne était encore trop occupée à réaliser sa propre unité, qui date de 1871. Ce n’est qu’à partir de 1884 que le chancelier Otto Von Bismarck change de stratégie afin d’assurer à son pays des positions géostratégiques autour du globe. En novembre 1884, il accueille ainsi la conférence de Berlin, lors de laquelle les 14 États invités entérinent leur partage du continent.

Le partage de l’Afrique, Conférence de Berlin 1885

Caricature de 1885 titrée “Découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin. A chcun sa part, si l’on est bien sage”. Journal l’Illustration.

Caricature de 1885 titrée « Découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin – À chacun sa part, si l’on est bien sage.” Journal L’Illustration.

L’Afrique de l’Est

La région de l’Afrique de l’Est, composée principalement du Kenya, de la Tanzanie et de l’Ouganda, est dynamique dans tous les domaines d’activités humaines.  Elle a toujours entretenu des relations commerciales avec l’extérieur. De célèbres marins à l’instar de l’eunuque chinois Zheng He ont arrimé sur la côte est. Le sultanat de Zanzibar est devenu la puissance militaire et commerciale dans la région faisant la jonction entre le continent africain et la péninsule arabique. Basé sur l’île de Zanzibar, le sultan a maintenu le contrôle nominal de l’Afrique continentale par un certain nombre d’intermédiaires ethno-arabes. Ces commerçants s’aventureraient à l’intérieur des terres, prendre à la fois des esclaves et de l’ivoire pour les amener sur la côte pour l’exportation. Les esclaves finissaient soit dans les diverses plantations sur les îles, soit au loin dans la péninsule arabique ou en Inde. L’ivoire était exporté dans le monde entier, de l’Asie vers l’Europe. Alors que ce commerce a rendu le sultan et ses disciples fabuleusement riches, il a également attiré l’attention des pouvoirs européens, dont l’empire allemand nouvellement uni.

Colonies allemandes en Afrique

Les colonies allemandes en Afrique

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est a débuté sous le nom de Société de colonisation allemande en 1884. L’empire allemand n’avait été uni qu’en 1871 après une série de guerres réussies contre l’Autriche, le Danemark et la France. Il avait ainsi manqué les premières vagues de colonisation en Amérique du Nord et en Asie. Une partie de la société allemande souhaitait lancer une colonisation pour que l’Allemagne ait «sa place au soleil», aux côtés des autres puissances européennes.

Drapeau de la société allemande de l’Afrique de l’Est

Les raisons économiques et militaires.

En tant que puissance industrielle montante, l’Allemagne recherchait des marchés pour ses produits finis, ainsi que des sources de matières premières pour son industrie manufacturière. De plus, les colonies étaient considérées comme des endroits où le surplus de population pouvait émigrer. Militairement, posséder des colonies permettait le recrutement de forces armées coloniales, augmentant les effectifs disponibles. Les colonies ont également servi de bases militaires pour protéger les voies maritimes et terrestres.

En plus des avantages matériels, la colonisation a apporté le prestige de l’occupant sur l’international et généralement satisfait les nationalistes et expansionnistes nationaux. Les explorateurs qui ont réussi étaient célébrés chez eux ; leurs découvertes prouvant leur force nationale et ingéniosité. Ces découvertes ont également servi un double objectif, car elles pouvaient plus tard être utilisées pour revendiquer les régions en question. C’est pour ses diverses raisons que l’entreprise allemande s’est aventurée dans la région, revendiquant les terres, les ressources et les habitants d’Afrique de l’Est.

Carte de l’Afrique orientale allemande

Expansion allemande en Afrique de l’Est à partir de 1885

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est a commencé son expansion à partir d’un terrain loué sur la côte de la Tanzanie moderne. Le bail de location était signé avec le sultan de Zanzibar en 1885 pour 50 ans. L’entreprise allemande était à la recherche des ressources naturelles de l’intérieur et le contrôle de la côte permettait l’accès à l’intérieur.

Une bonne partie de la partie continentale du sultanat était vaguement contrôle depuis Zanzibar.  Le sultan comptait sur les riches commerçants qui s’aventuraient vers l’intérieur pour se procurer des marchandises et des esclaves.  Ces notables formaient l’épine dorsale des classes dirigeantes locales. Ils ont commencé à s’organiser afin de protéger leurs intérêts économiques et politiques de l’entreprise allemande. Voyant que les Allemands et les notables swahili locaux recherchaient les mêmes ressources, ils avaient deux options : soit coopérer avec les Allemands mieux armés et servir d’intermédiaires comme ils l’ont fait avec le sultan, soit rivaliser avec eux économiquement, une politique qui aboutirait à terme à un conflit armé. Comme la société a tenté d’établir un contrôle et de s’étendre sur le continent, un notable local du nom d’Al Bashir ibn Salim Al-Harthi (Abushiri) a choisi la seconde option. Il a lancé une révolte contre la Compagnie allemande d’Afrique de l’Est.

Le chef Abushiri

Le chef Abushiri était un notable local. Il affirmait descendre, par son père, des premiers colons arabes et avoir des racines locales à travers sa mère africaine. Il est né en 1845, et s’établit comme fermier, sur une grande plantation, qu’il acheta après un nombre d’expéditions commerciales rentables à l’intérieur du Tanganyika.

La révolte d’Abushiri

En 1888, il était devenu évident que les aspirations de l’élite locale sur la côte swahili et la Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est était inconciliable. Les commerçants swahilis recherchaient le pouvoir politique afin de sauvegarder leurs intérêts commerciaux et sociaux, tandis que la société allemande cherchait le contrôle afin de profiter du commerce et de la propriété de la côte swahili, ainsi que les terres intérieures.

Rassemblant une grande force composée à la fois d’Africains et d’Arabes, le chef Abushiri a commencé sa révolte en septembre 1888 en tirant sur un navire allemand dans la ville côtière de Tanga. Il repartit pour Kilwa et y tua deux Allemands. Sa prochaine cible était le port stratégique de Bagamoyo, la capitale commerciale du Tanganyika et autrefois un centre d’exportation pour les esclaves de l’intérieur. Sa force armée était passée à environ 8000 hommes mais ils manquaient d’armes. Les Allemands ont répondu à l’offensive en envoyant une force de soldats indigènes, connus sous le nom d’Askari. Cette force avait l’avantage de l’armement moderne et elle a réussi à vaincre le chef Abushiri. Vaincu, le chef Abushiri a fui vers le nord jusqu’à ce qu’il soit trahi par un des siens.  

Soldats Askari de l’Afrique orientale allemande

La mort d’Abushiri

Les Allemands l’ont rapidement pendu le 15 décembre 1889. La rébellion perdura après sa mort puisqu’il a fallu aux forces allemandes presqu’une année avant de reprendre la ville de Kilwa. À l’automne 1890, il devint évident que la Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est ne pouvait pas contrôler correctement sa concession. Le gouvernement allemand est intervenu et il a racheté l’entreprise. Au moment où la révolte a été complètement écrasée en 1891, le contrôle de l’Afrique orientale était passée de manière décisive aux mains du gouvernement impérial allemand.

Exécution publique d’Abushiri, 15 décembre 1889

Conclusion

Du point de vue de la puissance coloniale allemande, la révolte d’Abushiri n’a été qu’un petit revers dans la ruée vers les colonies africaines. S’il est vrai que le chef de la révolte n’a pas fait grand-chose pour arrêter la colonisation de l’Afrique de l’Est, elle a accéléré le processus en forçant le gouvernement allemand à intervenir. Cette révolte prouve que les peuples d’Afrique de l’Est ont tenté d’établir et de contrôler leur propre entité politique, face à la colonisation européenne et à la désintégration du Sultanat de Zanzibar. Alors qu’ils étaient voués à l’échec dès le départ, les rebelles ont utilisé la surprise comme technique d’attaque et ils ont tenté de rompre les liens allemands avec les ports de la côte swahili. Malheureusement pour eux, ils ont fait face à une nation européenne avancée, capable de déployer des armées utilisant les technologies modernes (les fusils à verrou, l’artillerie moderne et les mitrailleuses). La fin de la révolte ouvre une nouvelle ère coloniale pour l’Afrique de l’Est : les Allemands établissent la colonie d’Afrique orientale. Suite à la Première Guerre mondiale, cette colonie est reprise par les Britanniques. Elle a obtenu son indépendance pour devenir la nation du Tanganyika en 1961, puis la Tanzanie en 1964.

Référénces bibliographiques :

Rochus Schmidt(de), Deutschlands Kolonien, vol. 1, Berlin, Schall & Grund, 1894, 296 p., p. 71

(de) Bernd Längin(en), Die deutschen Kolonien: Schauplätze und Schicksale 1884-1918, Hambourg, Mittler, 2004, 328 p. (ISBN 3-8132-0854-0 et 978-3813208214).

J. Overy, 1948-, Atlas de l’histoire du monde, Sélection du Reader’s Digest, 1999


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.