Agriculture and Climate Change In ZIMBABWE / Agriculture et changement climatique AU Zimbabwe

Kundai Ngwena

Globally there has been changes in weather patterns and uncertainty has become the order of the day in as far as in weather forecasting is concerned.
Such a scenario has negatively affected the agricultural sector as farmers relied on the existing traditional weather patterns.
According to the meteorological services of Zimbabwe, since 1987, the country has recorded record breaking temperatures having risen by approximately two degrees Celsius.
The average water levels in some lakes have dropped by a wide margin.
It is sad reality that Africa contributes less of the greenhouse gas emissions yet the continent is impacted the most.
Zimbabwe has invested massively towards making sure it achieves it’s set objectives of making vision 2030 a reality. The government has crafted several initiatives aimed to reduce the adverse effects of climate change.
Also the new dispensation has introduced several climate proofed agricultural initiatives for example the pfumvunza/intwasa to counter this development.
Earlier this year, through social media platforms , farmers posed questions citing confusion on the changing planting season.
Most of the questions were centred on planting times, cut off dates but the responsible authorities were not fully equipped with correct and definite answers.
I realised that they are not at fault, I blame climate change. An elderly woman from Marondera on anonymity said that, “she was worried on how she will pay back the loan she took for her maize project due to the wilting the crop experienced when they was a prolonged dry spell.”
She also highlighted that she is not sure of the actual yield she will get from the three-hectare farm. However, financial institutions are not worried about climate change effects, they need their loans paid back with the interest.
This leaves people with questions on how to adapt to this crisis. There is that part a farmer has to play and other stakeholders as well. Farmers need to invest in water harvesting just in case of a prolonged dry spell.
Frequent soil testing is now essential in continuously checking on compatibility of type of seed and fertiliser that suit the on-going long term changes.
From a radio show, an award winning environmentalist Kundai Ngwena urged farmers to appreciate that seed varieties are now available and it is now advisable to buy early maturity seeds which have a shorter crop cycle.
These will survive even if they encounter dry spells during the entire crop cycle. An urban farmer from Harare only managed to plant their maize a week before Christmas day and now the crop is almost ready for fruition just the same as the late maturity seeds other farmers around her planted.
This is one of the few examples we have seen that have adapted to climate change and life of a farmer goes on.
Other stakeholders such as financial institutions are still lagging behind in adapting to climate change.
Despite being indirectly affected they still have a role to play.
One of the branch managers from a local bank in Harare highlighted that droughts and floods are force majeure and hence they do not need to be insured against.
This is a huge gap that needs to be covered. It leaves farmers with huge losses to repay the loans and yet they would have harvested little or no yield.
It is the cry for most farmers as there isn’t that balance as yet. The Banks Association of Zimbabwe should have this issue as one of their top priorities.
The seed houses should engage independent researches to carryout performance evaluation exercises on different types of seeds and hence assess compatibility and have their findings communicated to farmers. This will enable farmers to adapt and thrive.

 

 

À l’échelle mondiale, il y a eu des changements dans les conditions météorologiques et l’incertitude est devenue l’ordre du jour en ce qui concerne les prévisions météorologiques. Un tel scénario a eu des effets négatifs sur le secteur agricole car les agriculteurs se sont appuyés sur les conditions météorologiques traditionnelles existantes. Selon les services météorologiques du Zimbabwe, depuis 1987, le pays a enregistré des températures record ayant augmenté d’environ deux degrés Celsius. Les niveaux d’eau moyens de certains lacs ont chuté de façon importante. C’est la triste réalité que l’Afrique contribue moins aux émissions de gaz à effet de serre, mais le continent est le plus touché. Le Zimbabwe a investi massivement pour s’assurer qu’il atteigne ses objectifs fixés de faire de la vision 2030 une réalité. Le gouvernement a élaboré plusieurs initiatives visant à réduire les effets néfastes du changement climatique. La nouvelle dispense a également introduit plusieurs initiatives agricoles à l’épreuve du climat, par exemple le pfumvunza/intwasa pour contrer ce développement. Plus tôt cette année, par le biais des plateformes de médias sociaux, les agriculteurs ont posé des questions invoquant la confusion sur l’évolution de la saison de plantation. La plupart des questions étaient centrées sur les périodes de plantation, les dates butoirs, mais les autorités responsables n’étaient pas entièrement équipées avec des réponses correctes et définitives. J’ai réalisé qu’ils ne sont pas en faute, je blâme le changement climatique. Une femme âgée de Marondera sous anonymat a déclaré qu'”elle s’inquiétait de la manière dont elle rembourserait le prêt qu’elle avait contracté pour son projet de maïs en raison du flétrissement de la culture lors d’une période de sécheresse prolongée”. Elle a également souligné qu’elle n’était pas sûre du rendement réel qu’elle obtiendrait de la ferme de trois hectares. Cependant, les institutions financières ne s’inquiètent pas des effets du changement climatique, elles ont besoin que leurs prêts soient remboursés avec les intérêts. Cela laisse les gens avec des questions sur la façon de s’adapter à cette crise. Il y a ce rôle qu’un agriculteur doit jouer et d’autres parties prenantes également. Les agriculteurs doivent investir dans la collecte de l’eau juste en cas de sécheresse prolongée. Des analyses de sol fréquentes sont désormais essentielles pour vérifier en permanence la compatibilité du type de semences et d’engrais qui conviennent aux changements à long terme en cours. Dans une émission de radio, un écologiste primé, Kundai Ngwena, a exhorté les agriculteurs à comprendre que des variétés de semences sont désormais disponibles et qu’il est désormais conseillé d’acheter des semences à maturité précoce qui ont un cycle de culture plus court. Ceux-ci survivront même s’ils rencontrent des périodes de sécheresse pendant tout le cycle de culture. Une agricultrice urbaine de Harare n’a réussi à planter son maïs qu’une semaine avant le jour de Noël et maintenant la récolte est presque prête à porter ses fruits, tout comme les graines à maturité tardive que d’autres agriculteurs autour d’elle ont plantées. C’est l’un des rares exemples que nous ayons vu qui s’est adapté au changement climatique et la vie d’un agriculteur continue. D’autres parties prenantes telles que les institutions financières accusent encore du retard dans l’adaptation au changement climatique. Bien qu’ils soient indirectement touchés, ils ont encore un rôle à jouer. L’un des directeurs de succursale d’une banque locale à Harare a souligné que les sécheresses et les inondations sont des cas de force majeure et qu’elles n’ont donc pas besoin d’être assurées. C’est un écart énorme qui doit être comblé. Cela laisse aux agriculteurs des pertes énormes pour rembourser les prêts et pourtant ils n’auraient récolté que peu ou pas de rendement. C’est le cri de la plupart des agriculteurs car il n’y a pas encore cet équilibre. L’Association des banques du Zimbabwe devrait faire de cette question l’une de ses principales priorités. Les maisons de semences devraient engager des recherches indépendantes pour effectuer des exercices d’évaluation des performances sur différents types de semences et ainsi évaluer la compatibilité et faire communiquer leurs conclusions aux agriculteurs. Cela permettra aux agriculteurs de s’adapter et de prospérer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.