Archives de catégorie : Diaspora africaine/African diaspora

L’histoire de la princesse Breffu du ghana devenue une esclave déportée. a la tête d’une révolte massive d’esclaves pour s’emparer de l’ile de St John, Antilles en 1733

 par Gloria Asare, Ikon Versace

Traduction et publication avec l’autorisation des auteurs , 6 Aout 2021

La princesse Breffu, une fière Africaine originaire d’Akwamu, dans la nation du Ghana, qui a été réduite en esclavage dans les Antilles danoises, a été créditée d’avoir dirigé l’une des plus longues rébellions d’esclaves enregistrées dans l’histoire de l’Amérique.

Le Danemark a commencé à s’impliquer dans la traite des esclaves africains en 1657. Quinze ans plus tard, en 1672, après avoir vaincu les Indiens Taino locaux, ils ont commencé à coloniser trois îles des Antilles, St. John, St. Thomas et Sainte-Croix, les Antilles danoises qui sont maintenant les îles Vierges américaines.

Ces îles sont rapidement devenues le centre de ces trois cultures de rente : la canne à sucre, le coton et le café. Des plantations ont ensuite été établies, des moulins à sucre ont été construits et les personnes réduites en esclavage ont été amenées d’Afrique de l’Ouest pour fournir de la main-d’œuvre à ces entreprises. Au début du XVIIIe siècle, la Compagnie danoise des Antilles et de la Guinée avait concentré ses opérations de traite des esclaves dans et autour de la ville d’Accra dans ce que nous appelons maintenant le Ghana.

Le peuple Akwamu de la région d’Akan avait été réduit en esclavage suite à des défaites contre le peuple Akyem. C’est à la mort de leur souverain, le roi Ansa Sasraku en 1730, que de nombreux Akwamu ont été réduits en esclavage et ont été vendus à des marchands d’esclaves danois et transportés sur l’île de St. John, aux Antilles danoises.

Plus tard dans l’année 1733, en représailles au traitement brutal et aux conditions de vie difficiles, les esclaves à travers l’île de St-John, y compris de nombreux Akwamu qui étaient nouveaux, ont fui leurs plantations et se sont cachés dans les bois où ils ont planifié une rébellion.

Ils étaient organisés par les membres de la famille royale Akwamu qui étaient également réduits en esclavage et résidaient dans différentes plantations. Les dirigeants comprenaient : le prince June, le prince Kanta, le roi Bolombo, le prince Aquashie et la princesse Breffu qui a également été réduite en esclavage dans la plantation de Pieter Kröyer à Coral Bay, à St-John.

Tôt le 23 novembre 1733, les insurrections d’esclaves commencent sur l’île St-John. Un magistrat local, Johannes Sodtmann, a été tué dans la plantation de Coral Bay. Peu de temps après, les esclaves ont été admis à Fort Fredericksvaern pour livrer du bois.  Et une fois à l’intérieur, ils ont tué les gardes à l’entrée avec des couteaux qui étaient auparavant cachés à de leur livraison.

Au son du canon tiré depuis le fort, premier signal donné, la princesse Breffu fit irruption dans la maison principale de la plantation Kröyer et tua à la fois Kröyer et sa femme. Breffu et ses partisans ont pris toutes les armes à feu, la poudre à canon et les munitions de la plantation Kröyer et accompagnés d’un autre esclave appelé Christian, Breffu s’est ensuite rendue à la maison familiale Van Stell, où elle a tué trois membres de la famille du propriétaire de la plantation. Certains des maîtres d’esclaves ont pu quitter l’île à bord de bateaux et de canoës et les habitants d’Akwamu ont pris le contrôle de la majeure partie du territoire. Avec Breffu comme chef, le peuple Akwamu a pris le contrôle de la majeure partie de l’île de St-John, détruisant de nombreuses maisons et brûlant des récoltes. Le plan de reprise des plantations a été couronné de succès jusqu’au début d’avril 1734, lorsque l’armée française a accepté d’aider les Danois à reprendre le contrôle de l’île.

Fin avril, Breffu et vingt-trois de ses partisans se sont suicidés lors d’une cérémonie rituelle à Brown’s Bay pour échapper à la capture.

En avril ou mai 1734, son corps a été découvert à Browns Bay, avec les 23 autres rebelles qui s’étaient suicidés, au cours de laquelle un propriétaire de plantation a enregistré avec surprise que, « l’un des chefs de la rébellion, Breffu, qu’aucun de nous n’ait jamais connu, et que nous avons supposé être un homme ayant assassiné mon fils Pieter Krøyer et sa femme, est en réalité une femme. Les soldats français avaient écrasé la rébellion et les planteurs hollandais regagnaient leurs propriétés. Le dernier des rebelles d’Akwamu a été tué en août de la même année, mettant fin à la rébellion de neuf mois des enfants d’Afrique réduits en esclavage. Breffu est connue jusqu’à présent comme la « Reine de St-John » et elle est célébrée chaque année par un défilé et une reconstitution de l’insurrection.

Breffu a été dramatisée comme la « Queen of St-John » dans la pièce « Three queens » Dans une production de 2006, la princesse Breffu a été interprétée par l’universitaire Jaweh David. Elle a également figuré en tant que sujet dans les chars du festival des célébrations St. John.

Bibliographie :

St. John Tradewinds (19 June 2006). “Three Local Queens Embodied in Chautauqua Series”. St. John Tradewinds. Retrieved 31 March 2018.

    Andrea Milam (5 July 2014). “New Troupes Dance Through Cruz Bay Alongside Old Favorites at 60th Anniversary Festival Parade”. St. John Tradewinds. Retrieved 31 March 2018.

    “The story of Breffu, a female slave from Ghana who led a massive slave revolt to take over the West Indies in 1733”. Face2Face Africa. 2018-09-03. Retrieved 2019-09-17.

Black Africans on the Maritime Silk Route. Jəŋgi in Old Javanese epigraphical and literary evidence

Jiří Jákl,Palacky University, Olomouc, Czech Republic

Les Noirs africains sur la route maritime de la soie. Jəŋgi dans les témoignages épigraphiques et littéraires en vieux javanais

Cet article examine de plus près l’histoire des Noirs africains dans la Java préislamique.

Si la présence d’esclaves africains à Java avant 1500 est reconnue depuis longtemps par les historiens, peu de recherches ont été menées sur le sujet. L’auteur utilise les preuves épigraphiques et littéraires en vieux javanais comme source principale, et il les contextualise avec des preuves beaucoup plus complètes sur les Africains noirs en Chine Tang et Song. Bien qu’il ne soit pas possible de répondre aux questions sur les pratiques, les croyances ou l’identité culturelles africaines, étant donné les limites extrêmes de ce types de sources, de nouvelles connaissances peuvent être acquises sur leur interaction avec l’État et la société javanaise.

Comme d’autres personnes calomniées et marginalisées, les Africains noirs étaient invariablement conceptualisés comme les « autres » à Java et en Chine. Des représentations littéraires peu fréquentes suggèrent que certains d’entre eux ont été intégrés dans le système servile des tribunaux javanais, et le dossier épigraphique indique que les esclaves noirs africains étaient parfois donnés par les dirigeants à des institutions religieuses, probablement en tant qu’actes méritoires. Ils faisaient également partie du corps administratif des collecteurs d’impôts royaux, bénéficiant d’une relative liberté de mouvement dans la campagne de Java, des avantages invisibles en Chine Song, un régime d’où il existe les preuves les plus complètes sur la diaspora africaine dans l’Asie pré-moderne. En littérature, Helen Creese (2004) a examiné plusieurs passages relatifs aux Africains noirs dans la poésie de cour en vieux javanais. En dehors de ces réalisations, et d’une discussion utile sur le sujet dans Wheatley (1961), Wolters (1967, 1986) et Hall (2011), il y a surtout le silence. Plus surprenant encore, les Noirs africains de Java pré-moderne n’ont reçu aucune ou peu d’attention de la part des spécialistes de l’histoire de la diaspora africaine ; en fait, seul Talib (1988 : 731-3), en s’inspirant principalement de Ferrand (1919) et de Wheatley (1961), a résumé ce que l’on sait des Africains noirs à partir du volume récemment publié Uncovering the History of Africa in Asia (Silva Jayasuriya et Angenot 2008), présenté comme une « réalisation majeure » dans le domaine, seule une attention fugace est accordée au problème de la présence africaine dans l’Inde pré-moderne, le monde malais, sans tenir compte des sources anciennes javanaises.

HOW BIG PUN PRECEDED THE MOVEMENT OF AFRO-LATINIDAD

by Victoria Kabeya, 20 avril 2021

Cet article se concentre sur l’importance du regretté rappeur Big Pun dans le mouvement afro-latino qui est devenu courant aux États-Unis au milieu des années 2010 au sommet des B L M. Il explorera comment Pun a réussi à surpasser les divisions nourries par un raciste systémique américain qui a divisé la diaspora en mettant en valeur l’héritage afro-indigène des Hispaniques des Caraïbes, à une époque où leur identité raciale, jugée complexe par les Noirs américains, a toujours été écarté et jamais reconnu, par mépris et par manque de pouvoir politique.