Archives de catégorie : Histoire

Le commerce Ajaua

José Alberto Raimundo,

Lecturer at Pedagogic university, Maputo- Mozambique

Associate researcher of the Centre for Policy Analises of the Faculty of Arts and Social Sciences of Eduardo Mondlane UniversityMozambique

Monsieur José Alberto Raimundo propose un article, extrait de sa thèse de doctorat en anthropologie sur « La place et le rôle des villageois dans le processus de mise en oeuvre de la politique agraire au Mozambique : le cas des communautés Ajaua de la province de Nyassa : 1975 à 2005 ».

L’auteur retrace ici le commerce des Ajaua vers le nord, avec les commerçants Arabes du littoral qui cherchaient à se procurer de l’ivoire et des esclaves. Il ne traite pas des routes établies plus au sud et l’Est,dans les comptoirs portugais de la vallée du Zambèze et à Quélimane.

Les paysans Ajaua combinent de manière intéressée le commerce avec le secteur agricole. En effet, le commerce est le secteur qui a connu un grand dynamisme et qui intéresse le plus dans le processus de développement des communautés Ajaua.

Tous les paysans que nous avons abordés nous ont assuré qu’au début le commerce se faisait entre eux. Plus tard, ils ont commencé à établir le commerce avec les Arabes du littoral qui cherchaient à se procurer de l’ivoire et des esclaves. A ce propos, le roitelet Calange et un groupe de paysans du village Miala (Neid Balaka, Afonso Castro, Saide Ndari Liossa et Tomé Aide) nous ont dit ce qui suit :

– « Avant le commerce de l’ivoire et des esclaves avec les arabes sur la côte Orientale de l’Afrique, le commerce de nos ancêtres se faisait entre eux. C’était un commerce caractérisé principalement par des échanges de produits locaux entre communautés voisines, et aussi avec lescommunautés Nyanja du lac Nyassa. Les principaux produits qui intervenaient dans ces échanges, étaient des articles de fer produits par les « Wachisi »[1], et un tissu produit localement qui s’appelait «likamambo». Avec les communautés Nyanja, ils échangeaient principalement avec le poisson séché du lac Nyassa. Cependant, le commerce de houes était le plus important.

 En réalité, le commerce de houes s’était transformé en source de richesse et de prestige pour nos ancêtres. Ce n’était pas n’importe quel Yao qui réussissait dans ce commerce. Il y avait une partie de nos ancêtres qui connaissaient à cette époque l’usage et la technologie du fer. C’étaient les Wachisi. Même si l’artisanat était l’activité de presque tous les Wayao, les Wachisi étaient les seuls qui savaient travailler le fer et qui fabriquaient des houes de très bonne qualité et appréciées partout, en particulier par les peuples de la côte. Pour cela ils étaient admirés et respectés ».

Le commerce avec les arabes sur la côte orientale de l’Afrique, était le plus important. C’est dans ce contexte que J. Clyde Mitchell affirme que « pour la compréhension des Yao, nous devons partir de la colonisation arabe de la côte Est de l’Afrique ».[2] Pour cela, les sources arabes sont incontournables pour la reconstitution de l’histoire des peuples de cette région de l’Afrique qui étaient entrés en contact avec les Ajaua du Mozambique.

            Nous n’avons pas beaucoup d’informations pour reconstituer l’époque d’établissement des contacts commerciaux des arabes avec les peuples de la côte orientale de l’Afrique, parce que les sources précises sont rares. Cette situation est attestée par A. M. H. Sheriff. Selon lui, « la rareté des sources historiques (…) rend difficile la reconstitution de l’histoire de la côte d’Afrique orientale avant le VIIème siècle de notre ère. Toutes les sources dont nous disposons, documentaires ou numismatiques, sont des produits du commerce international, et nous avons peu de données permettant de reconstituer l’histoire de la côte avant l’établissement des contacts internationaux ».[3]

La source la plus importante et plus ancienne relative à l’océan Indien et à la population de la côte d’Afrique orientale est le Périple de la mer Erythrée (Sheriff : 1989, 596 et 599). Cette information est également attestée par Rafael da Conceiçao qui citant Duarte (1986 : 6) affirme que « les plus anciennes informations concernant la côte orientale d’Afrique se trouvent dans le ‘Périple de la Mer d’Erythrée’, ouvrage datant de la fin du 1er siècle. Les descriptions qu’il contient datent de la période du début de l’Ere Chrétienne, plus précisément entre le premier et le deuxième siècle. Les plus anciennes relations d’échange entre le monde Arabe et la côte orientale africaine semblent remonter à cette époque. Elles sont connues par l’écriture, mais nous ne pouvons savoir si la côte mozambicaine y participe déjà, ni de quelle façon l’Afrique orientale intervient dans les échanges ».[4]

L’expansion commerciale arabe sur la côte orientale de l’Afrique, remonte au IIème siècle avant notre ère (Sheriff : 1989, 603). Sur ce sujet, Sheriff affirme qu’« au milieu du IIè siècle de notre ère, une grande partie de la côte d’Afrique orientale, et au moins une portion du corridor de la Pangani, avaient incorporées dans le système du commerce international. Le commerce semble également s’être étendu le long de la côte vers le sud jusqu’à Cap. Delgado ».[5]

Les Perses et le golfe Persique peuvent avoir commencé à jouer un rôle important d’intermédiaires du commerce entre l’Afrique orientale et l’Inde, à partir du VIIème siècle (Sheriff :1989, 10 et 11). Pour attester cette information, Sheriff affirme que « nous trouvons déjà des références à quelques importations d’esclaves d’Afrique orientale (Zanj) et d’ailleurs, pour servir de soldats, de domestiques et de travailleurs agricoles pour la mise en valeur des régions marécageuses du sud de l’Irak. A la fin du siècle, ils se trouvaient apparemment en nombre suffisant pour se révolter par la première fois, bien que la révolte la plus spectaculaire se soit produite environ deux siècles plus tard. Il existe également des indications d’esclaves Zanj qui auraient été amenés en Chine dès le VIIè siècle ».[6]

Le territoire des Zanj a été un espace de commerce et de contacts internationaux privilégié. Les principales sources historiques sur les échanges entre l’Afrique et les Arabes[7] sont nombreuses : «Masoud (Xéme siècle), Ibn Battuta (IXéme siècle) en passant par Idrisi ».[8] Par exemple, Mas’udï a fait référence à quelques produits qui intervenaient dans le commerce du territoire des Zanj de la façon suivante :

– « On en exporte aussi le safran et la racine de gingembre (Zandjabîl). Les cinq parfums principaux : le musc, le camphre, l’agalloche, l’ambre et le safran, viennent tous de l’Inde et des contrées limitrophes, sauf le safran et l’ambre qui se trouvent aussi chez les Zandj, à ash-Shihr et en Espagne ».[9]  

Sur le roi des Zanj, Mas’udï dit  qu’il « s’appelle Waflîmî ».[10] Sur ce sujet, il dit encore :

– « Ce nom, a été dans tous les temps le titre dynastique de leurs souverains. Le Waflîmî règne sur tous les Zandj, et commande à 300.000 cavaliers. Les Zanj emploient le bœuf comme monture, car leur pays ne fournit ni chevaux, ni mulets, ni chameaux, et ils ne connaissaient [même] pas [ces animaux] ».[11]

Par rapport au territoire des Zanj, Mas’udï dit :

« L’habitat des Zandj commence au canal dérivé du haut Nil et se prolonge jusqu’au pays de Sofala et d’al-Wâqwâq. Leurs établissements s’étendent sans interruption sur un parcours d’environ 700 parasanges en long et en large, dans un pays coupé de vallées, avec des montagnes et des [déserts de] sable ».[12]

Ibn Battuta parle aussi des Zanj de la façon suivante :

– [« Je m’embarquai sur la mer dans la ville de Makdachaou, me dirigeant vers le pays Saouâhil[13] (les rivages) et la ville de Couloua (Quiloa), dans le pays des Zendjs. Nous arrivâmes à Manbaça, grande île, à une distance de deux journées de navigation de la terre des Saouâhil … Nous passâmes une nuit dans cette île ; après quoi nous reprîmes la mer pour nous rendre à Colouna, grande ville située sur le littoral, et dont les habitants sont pour la plupart des Zendjs, d’un teint extrêmement noir. Ils ont à la figure des incisions, semblables à celles qu’ont les Lîmiîn de Djenâdah »].[14]

Pour caractériser les Zenj, Rafael da Conceiçao dit que «le terme Zendj (ou Zindj) désigne essentiellement les peuples de langue bantoue de la côte orientale de l’Afrique qui, depuis les temps pré-islamiques, avaient été amenés comme esclaves en Arabie, en Perse et en Mésopotamie ».[15]

L’intensification du commerce entre la côte d’Afrique orientale et l’Inde a commencé à se faire sentir à partir de la fin du VIIème siècle (Sheriff : 1989, 611). Selon Sheriff, à cette époque « des liens commerciaux solides avaient été rétablis entre la côte d’Afrique orientale et les rives septentrionales de l’océan Indien. La demande croissante d’ivoire en Inde avait au moins permis la création de liens commerciaux entre les deux régions de ‘forêt’ et l’Afrique orientale recevait probablement en échange une variété d’articles manufacturés, dont des tissus et des perles ».[16]

 Nous sommes donc dans une période de suprématie arabe dans l’océan Indien jusqu’à l’arrivée des portugais. C’est dans ce contexte que Luis Tomas Domingos affirme que « l’océan Indien, avant l’arrivée des portugais, est un océan arabe. La côte africaine de l’océan Indien entretenait des relations commerciales suivies depuis la plus haute Antiquité avec les pays asiatiques ».[17]  On trouve aussi ces informations chez Rafael da Conceição qui affirme que « dès Xème siècle, le commerce maritime, portant aussi sur les esclaves, va des côtes africaines (Zandj) jusqu’à l’Extrême Orient, avec Oman comme plaque tournante ».[18]

Citant Pollig at. al (s/d), Conceição affirme que « les Arabes et les Indiens semblent avoir renforcé substantiellement leur pouvoir réel de contrôle sur les échanges dans une très large zone, plus particulièrement à partir du XIIème –XIIIème siècles ».[19] Sur ce sujet, Manuel Gama Amaral, qui cite J. Clyde Mitchell dit que sur la côte orientale de l’Afrique, « les Arabes ont initié leur colonisation à partir de l’année 700 après J.C ».[20] Cette information est attestée par  Carlos Serra qui dit qu’« au XIIème siècle les immigrants perses se sont mélangés avec les Arabes et ont développé ensemble un important commerce côtier, dans lequel le principal noyau de la fixation arabe dans cette région était Pate, Melinde, Mombassa et Quiloa ».[21] Des nouveaux ports ont été fondés, à Mogadishu, Marka, Borawa, Kilwa, etc. l’apogée de ces cités côtières s’est située au XIVème et XVème siècles, et a été brutalement interrompu par la conquête portugaise.[22]

Pendant cette période, Kilwa était le principal port de la région. Selon Rafael da Conceição, « la présence des marchands arabes à Kilwa devrait être plus ancienne, probablement d’un demi siècle. Les arabes ont fondé Kilwa probablement entre les XIIéme et XIIIéme siècles ».[23] « A travers leurs activités portuaires et par les rapports mutuels (économiques, politiques et culturels) qui s’instaurent, ils se placent, dans les faits, sous l’orbite de Kilwa, ville Etat située sur la côte Tanzanienne, qui se constitue en véritable emporium et centre socioculturel pour les populations africaines de la côte orientale. Sofala se situe à 1.500 km au sud de Kilwa ».[24] Selon Carlos Serra  de même, « à partir du XIIème siècle, Quiloa (sur le littoral de l’océan indien, justement à l’Est de l’extrême nord du lac Nyassa), s’est transformée en grand centre de développement du commerce et d’irradiation de la culture islamique dans toute la région. Jusque là, le monopole du commerce, particulièrement de l’or de Sofala, était assuré par Mogadiscio ».[25]

Kilwa a été visité par Ibn Battuta pendant le Moyen-âge, probablement « en 1331 (ou 1329 ?) » (Conceição, 175). Dans son ouvrage, il décrit cette ville Etat comme une « …grande ville située sur le littoral, et dont les habitants sont pour la plupart des Zendjs, d’un teint extrêmement noir. … Colouna est au nombre des villes les plus belles et mieux construites ; elle est entièrement bâtie en bois ; la toiture de ses maisons est en dîs (sorte de jonc, ampélodesmos tenace), et les pluies y sont abondantes. Ses habitants sont adonnés au djihâd (la guerre sainte), car ils occupent un pays contigu à celui des Zendj infidèles. Leurs qualités dominantes sont la piété et la dévotion, et ils professent la doctrine de Châfi’y. Lorsque j’entrai dans cette ville, elle avait pour sultan Abou’lmozhaffer Haçan, surnommé également Abou’lmewâhib, à cause de la multitude de ses dons (mewâhib) et de ses actes de générosité. Il faisait de fréquentes incursions dans le pays des zandjs, les attaquait et leur enlevait du butin, dont il prélevait la cinquième partie, qu’il dépensait de la manière fixée dans le Coran …Ce sultan est extrêmement humble, il s’assied et mange avec les fakîrs, et vénère les hommes pieux et nobles ».[26]

Ainsi, « avec la présence Arabe et Perse, cette région de l’Afrique est depuis environ 10 siècles, liée à un ample réseau de commerce à travers l’océan indien avec l’Arabie, l’Inde, le sud-est asiatique et l’Océanie. Ce réseau s’est rapidement élargi vers l’Europe depuis la fin du XVIème siècle et vers les Amériques à partir du XIXème siècle ».[27]

Pour rendre possible cette intensité commerciale entre l’Afrique orientale et le Moyen-orient et entre celui-ci et l’Inde à partir du VIIème siècle, l’océan Indien a joué un rôle très important en raison de son accessibilité depuis la terre et depuis la mer. Cette accessibilité maritime a été « rendue possible par le développement d’une technologie maritime appropriée et la maîtrise des vents et des courants de l’océan Indien. La plus importante caractéristique géographique de l’océan Indien est le renversement saisonnier des vents de mousson » (A. M. H. Sheriff : 1989, 600). A propos des vents de mousson,[28] Luis Domingos affirme que « ces échanges étaient favorisés par un phénomène naturel, le régime des vents de mousson qui alternent de novembre à mars, dans le sens nord-est / sud-ouest, et de juin à octobre dans le sens inverse, rendant aisé pour des voiliers le voyage annuel d’aller et retour ».

Outre facteur océanique, l’intensité du commerce dans la côte orientale de l’Afrique a partir du VIIème siècle a été favorisée par l’arrivée et l’établissement d’immigrants d’origine Arabe (« notamment des sunnites ou des chiites, chassés de Bagdad ou des adeptes des gentes persécutées ailleurs ») dans cette partie du continent Africain (Domingos : 2002, 161). A ce sujet, Luis Domingos dit qu’« à partir du VIIème siècle, un autre phénomène d’ordre humain devait favoriser les relations : l’établissement sur la côte orientale de l’Afrique d’immigrants d’origine arabe et personnes qui, pour des motifs de dissension religieuse, ont quitté leur pays. Ils ont fondé une succession de cités qui s’étalent de Mogadishu, en Somalie, jusqu’à Sofala, la région de la Vallée du Zambèze, le point extrême de l’action des vents de mousson. Et ils ont débouché sur les mines d’or du Monomotapa. Ces cités sont devenues plus importantes au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux immigrants et de l’intégration d’éléments autochtones. Et elles ont développé leurs relations commerciales ».[29]

Par rapport aux principaux motifs des migrations des Arabes et Perses jusqu’en Afrique Orientale, Ernesto Jardim de Vilhena (1905 : 20) et Jorge Dias (Ano lectivo 1964-1965 : 90) sont d’opinion qu’ils étaient de nature religieux et politique. Sur le même sujet, Carlos Serra est d’accord avec les conflits religieux. Selon lui « ces conflits ont obligé les Arabes d’Oman à laisser leur terre pour se fixer sur la côte orientale de l’Afrique au VIIème siècle après J.C.  Initialement les Arabes étaient peu nombreux et se sont établis dans les zones les plus protégées de la côte entre Mogadiscio (Somalie) et Sofala (Mozambique) ».[30]

Tous les auteurs que nous avons consultés sont unanimes sur le fait que les Arabes étaient les premiers à établir des rapports commerciaux avec les communautés Ajaua. Par exemple, Camilo Manuel da Costa affirme que « le territoire qui forme l’actuel district du Nyassa était connu depuis les temps anciens par les Arabes qui avaient un trafic intense avec les populations autochtones. Environ 700 ans avant l’arrivée des  Portugais, les Arabes sont arrivés sur la côte orientale, formés surtout des envoyés du sultan de Zanzibar et d’autres de l’Iman de Mascate qui exerçaient spécialement le commerce des esclaves avec les peuples qui habitaient entre les fleuves Lurio et Rovuma ». [31]

Pour préciser le début de ces rapports, J. Clyde Mitchell est absolument sûr que « le contact entre les Wayao et les Arabes a commencé environ 200 ans avant l’arrivée des européens »[32]. De son côté Manuel da Gama Amaral dit que « les Wayao avaient établi des rapports commerciaux avec les Arabes de Quiloa qui se sont installés sur leur territoire à la fin du XIIème siècle ».[33]

1) – Le commerce comme tradition dans l’économie des communautés Ajaua

Selon les paysans que nous avons interrogés, traditionnellement les Ajaua se dédient toujours au commerce. Ils sont grands commerçants depuis les temps reculés. Cette caractéristique est constatée par Antonio de Sousa Lobato. Selon lui « les Ajaua sont de grands voyageurs qui se déplacent constamment  et ils sont aussi grands commerçants ».[34] Pour en témoigner, un groupe de paysans du village Mapudjé (Serafim Saraiva Monheheri, Haide Hassane Matama, Balaka Likandi etRajabo Chaibo) nous a dit ce qui suit : 

– « Nous les Ajaua, nous sommes de grands commerçants. Depuis le temps de nos ancêtres, nous faisions toujours de longs voyages pour échanger nos produits avec les peuples des autres régions éloignées, particulièrement avec les Arabes de la côte, ainsi qu’avec d’autres peuples de l’intérieur du pays. Nos ancêtres disaient qu’ils allaient jusqu’en Tanzanie, Ile du Mozambique, Zumbo et autres régions. Pour cela, nous sommes toujours hors du village pour faire le commerce. Nos ancêtres vendaient leur ivoire et autres choses aux Arabes de la côte de Zanzibar, parce que ceux-ci donnaient le meilleur prix ».

Cette situation est aussi confirmée par Maria Leonor C. de Matos. Elle dit que « dans la moitié du XIXème siècle,  les Ajaua étaient déjà de grands voyageurs et commerçants qui emportaient leurs produits vers l’occident jusqu’au Congo Belge, et à l’est jusqu’à Quiloa et Mikindani ».[35]

Le roitelet de Nampanda, quant à lui a dit :

– « Nos ancêtres aimaient  beaucoup voyager vers les terres étrangères. C’était le rêve  de tous les Ajaua. Ils étaient toujours en voyage entre la côte et le lac Nyassa et ils disaient que ceux qui ne voyageaient pas n’étaient rien. Il y avait des motifs qui obligeaient nos ancêtres à faire de longs voyages vers la mer pour développer le commerce. L’un d’eux était la recherche de la  renommée et de la richesse qui provenait de la vente des tissus blancs. Ils vendaient des houes, des produits alimentaires, du tabac, des poules, quelques animaux, de l’ivoire, des  peaux des animaux et divers instruments domestiques ».

Sur ce sujet encore, Alan Thorold affirme qu’« on accordait beaucoup de prestige aux Yao qui allaient sur la côte, et particulièrement à ceux qui partaient à Zanzibar. Le titre de cheik ou mwalimu était assez librement conféré à ceux qui en revenaient ». [36]

2) –  Le rôle des chefs traditionnels dans le commerce Ajaua.

Selon les paysans que nous avons consultés, le commerce était une activité exclusive des hommes Ajaua. Pour cela, la politique économique était une des préoccupations dominantes des chefs Ajaua, et surtout celle du commerce avec les Arabes du littoral. A ce propos, un groupe de paysans du village Malulo (Cassimo Ali, Omali Ndawadi, Armindo Zefanias et assane Ntundo) nous a dit ceci :

– « L’organisation des caravanes pour le littoral, surtout celle du commerce des esclaves était de l’initiative et de la responsabilité exclusive du mwene-mudji. C’était lui qui autorisait l’exercice de cette activité. Toutefois, le responsable pour les caravanes était choisi par les asyene-mbumba. Généralement ils étaient choisis parmi les asyene-mbumba courageux avec beaucoup d’expérience de voyages vers la côte et de confiance. Normalement c’étaient les asyene-mbumba les plus importants du village, parce que c’était un privilège d’être le responsable de cette activité. Par exemple Che Chipango avait un grand rôle dans ce commerce. C’était lui qui organisait et contrôlait les principales transactions de cette activité, parce que les articles de l’échange étaient source de richesse, de prestige et d’autorité pour lui, tels que des armes à feu, des tissus, du sel, de la poudre de chasse, etc. ».

Les études de José Fialho Feliciano sur ce sujet, montrent que « malgré le peu de contrepartie obtenue par les chefs directs, les chefs politiques avaient un pouvoir effectif de mobilisation et de recrutement de main-d’oeuvre, quelquefois de grandes concentrations de masses et de contrôle du monopole des routes et du commerce ».[37]

J. Clyde Mitchell observe que « les voyages sur la côte, vers Quelimane ou vers Quiloa, étaient longs et pénibles. Ils avaient une forte protection militaire contre les bandits. Les caravanes avaient un chef ».[38]

3)  – Le commerce des esclaves

Le commerce à longue distance, dans la région Nord du Mozambiqueb a joué un rôle important dans l’économie Ajaua avec le commerce des esclaves entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle. A ce sujet, Aurélio Rocha dit que « la côte Orientale de l’Afrique, surtout l’actuelle côte du Mozambique, a été depuis longtemps, le choix comme point d’arrivée et de départ pour d’autres continents par bâtiments et par caravanes qui venaient de l’intérieur de l’Afrique et qui a rapproché les peuples et confronté les économies et les cultures ».[39]

Selon Manuel Gama Amaral qui cite J. Clyde Mitchell « la tradition dit qu’avant les contacts avec les Arabes, le commerce des esclaves n’était pas pratiqué par les Wayao ».[40] « Il a été introduit dans le territoire Wayao par les Arabes et était pratiqué par les chefs comme facteur de production de la richesse ». [41]

Les paysans de Mapudjé disent que les premiers voyages étaient faits vers la Tanzanie, justement pour la plage de Zanzibar[42]. Ils amenaient de la cire d’abeille pour échanger avec des tissus noirs et blancs et du sel. A propos du sel, le roitelet Nampanda nous a dit ceci :

– « Avant le commerce avec la côte, les habitants de la région de Unango ne mangeaient pas de sel de mer comme aujourd’hui. Il existait un type de plante que nos ancêtres appelaient ‘ngungwenjelela’ qu’ils utilisaient pour fabriquer du sel. Toutefois, avec les voyages vers la côte ils ont connu le sel de la mer. Pour cela, la nécessité de ce sel a augmenté les voyages de ces Yao vers la côte. Ils amenaient de la cire d’abeille avec laquelle ils échangeaient avec du sel, des tissus et autres produits. Les tissus étaient utilisés comme vêtements, mais  aussi pour couvrir le corps des morts pendant les cérémonies funèbres.

Les voyages commerciaux vers la côte étaient faits entre les mois de mai et octobre, en dehors de la période des pluies ». 

a) – L’origine des esclaves

Selon les paysans des villages en étude que nous avons interrogés, les esclaves qui étaient vendus par leurs ancêtres, provenaient de deux sources différentes. Quelques uns provenaient du dedans de la communauté et d’autres de l’extérieur des villages de ces communautés.

i) –  Les esclaves provenant du dedans de la communauté

Sur les esclaves provenant du dedans de la communauté, Gabriel Amasse nous a dit ce qui suit :

– [« Les esclaves utilisés pour la vente aux Arabes sur la côte de l’océan Indien, provenaient du territoire de Che Calange et Che Chipango, quelques uns étaient choisis dans les mbumba, par les asyene-mbumba. Généralement,  c’étaient les individus indésirables dans les mbumba, comme par exemple les voleurs, les indolents, les assassins, les violeurs de femmes, les accusés de sorcellerie, les vagabonds etc. Normalement c’étaient les neveux utérins de l’asyene mbumba sous leur responsabilité. Quand ces indésirables étaient identifiés les asyene mbumba allaient dire à leurs mères (sœurs de l’asyene mbumba) ceci – ‘écoute ma sœur, je suis fatigué de mon neveu. Il est un vagabond incorrigible. Toujours il m’amène de graves problèmes et je suis obligé de payer. Qu’est-ce qui je peux faire avec lui? Quelle est ton opinion sur ce sujet’ ? – Normalement, avec ces paroles sa sœur savait que son fils était indésirable par son oncle (asyene mbumba), ce signifiait qu’il devait sortir du village.

 Par tradition, cette sortie ne devait pas être un préjudice pour la mbumba. Au contraire, elle devait être une contribution pour le bien être de tous les membres de la mbumba. De cette façon, la mère de cet homme (célibataire) n’avait aucune possibilité pour le défendre. Pour cela, la réponse à la question posée par l’asyene mbumba était toujours la suivante – ‘écoute mon frère, je suis aussi très fatiguée des méchancetés de mon fils. Je ne sais pas ce que je peux faire. Pour cela, je crois que comme homme et responsable de nos mbumba vous trouverez la meilleur solution pour lui’. – Ces paroles étaient pour l’asyene mbumba une autorisation pour vendre son neveu aux arabes. Il faut dire qu’une partie des produits de cet échange était aussi donnée à l’asyene mbumba d’où sortait l’homme vendu »]. 

            ii) – Les esclaves qui provenaient du dehors des villages Miala, Unango et Mapudjé

Dans leur majorité, ces esclaves étaient les captifs des guerres. A ce sujet, Maria Ndala a dit :

– «  Tous les roitelets Yao n’étaient pas comme Che Calange par rapport au commerce des esclaves. Par exemple, nous avons quelques uns qui étaient très mauvais comme Che Mataca. Pour lui, l’achat des esclaves dans les tribus voisines était une nécessité impérieuse. Pour cela, il capturait tous les jeunes hommes et femmes des villages voisins  pour les vendre sur la côte. A ce sujet, il n’écoutait personne. Il exécutait ses subordonnés qui refusaient d’obéir à ses ordres, en présence de leurs familles. Pour cela, beaucoup d’habitants des villages sous son autorité ont fui pour demander protection aux autres roitelets. La majorité avait demandé protection dans les terres du roitelet Calange ».

b) – Le destin des esclaves

Selon les paysans que nous avons interrogés, les esclaves étaient vendus aux arabes sur la côte de l’océan Indien et aussi dans d’autres villages.

i) – Les esclaves vendus sur la côte de l’océan Indien

Pour le roitelet Nampanda, ces esclaves constituaient la majorité des esclaves qui sortaient des villages Ajaua vers la côte. A ce propos, il nous a dit ce qui suit :

– « Les esclaves vendus sur la côte de l’océan Indien aux arabes étaient les esclaves qui provenaient de nos villages. Généralement ils étaient constitués par des indésirables ainsi que par des captifs de la guerre.

Il est important de dire que le commerce des esclaves sur la côte était fait seulement dans le territoire du roitelet Calange et Chipango. Dans notre territoire il n’a jamais existé une organisation de vente d’esclaves pour la côte. Cette activité était faite par le frère cadet du roitelet Calange.  Toute l’organisation et exécution de cette activité,  étaient de la responsabilité de ces deux roitelets ».

Sur la planification pour la vente, les paysans que nous avons interrogés dans les villages en étude, nous ont dit que la planification pour la sortie et de la caravane des esclaves pour vendre aux arabes sur la côte était faite par les asyene-mbumba, choisis par les mwene-mudji. A ce sujet le roitelet Calange et  le roitelet de Bagarila (Imede Alifa) de son village nous ont dit ceci :

–  « La sortie de la caravane du village vers l’endroit de la vente était entourée de ruses. Les asyene-mbumba faisaient tout pour éviter que leurs njomba[43] et autres hommes et femmes capturés des villages voisins s’aperçoivent qu’ils allaient être vendus et que c’était un voyage sans retour. Pour cela, l’asyene mbumba  les trompait  de la façon suivante – ‘ écoutez mes njomba, nous allons nous promener à Songea pour voir de nouvelles terres et trouver de nouvelles choses qui font grandir les hommes. J’ai la certitude que nous trouverons un bon travail qui vous  donnera de la richesse’ ».

Selon les paysans que nous avons abordés, la négociation pour la fixation du prix (la quantité et le type de tissu et d’autres choses pour l’échange)  était secrète. A ce sujet, le roitelet Calange et un groupe de paysans du village Miala (Afonso Castro, Naid Balaka, Calange Amade et Maria Ndala) nous ont dit ce qui suit :

– « Le négoce était fait entre l’asyene mbumba (responsable pour la caravane) et les arabes, loin des autres constituants de la caravane, pour éviter de réveiller l’attention des hommes pour la vendre. Dans la généralité, la négociation était faite pendant la journée. Quand la caravane arrivait à l’endroit de l’échange, le responsable de la caravane se dirigeait aux arabes et il disait : ‘ j’ai un négoce pour vous. Il s’agit du sujet que vous voulez’. Ensuite, les arabes demandaient ‘qu’est-ce que tu veux en échange? Nous avons comme marchandise les choses que tu peux voir ici. Tu veux ?’. Généralement les marchandises des arabes étaient constituées par des tissus et autres choses qu’ils amenaient de leur terre, qui inévitablement n’étaient pas refusées par l’asyene mbumba (responsable de la caravane) ».

Après cette négociation secrète, les arabes invitaient l’asyene mbumba (responsable pour la caravane) et les hommes (déjà vendus) pour un repas servi dans le potager d’une maison, avec les plus délicieuses nourritures qu’ils avaient. Ce repas avait la finalité de distraire l’attention des hommes de la caravane (déjà vendus). Au milieu du repas l’asyene mbumba responsable pour le commerce devait fuir de ses hommes. Comme stratégie, il disait ceci : ‘ vous ne quittez pas. Vous ne devez pas sortir d’ici. J’arrive tout de suite’.

Toutefois, pendant la sortie il amenait secrètement avec lui toute la marchandise qu’il avait obtenue des arabes pour cet échange. Ensuite, il disparaissait et ne retournait jamais.

 De cette façon, les hommes de la caravane restaient sous la responsabilité des arabes et, par conséquent ils se transformaient en leurs marchandises ».

ii) – Les esclaves vendus dans les autres villages

Selon les paysans abordés, le plus fréquent dans le territoire de Nampanda, était la vente des hommes ou femmes de son territoire dans d’autres villages proches. A ce sujet, Monsieur Ndala nous a dit ce qui suit :

– « Che Nampanda était le responsable pour la résolution des grands problèmes sociaux que ses subordonnés n’étaient pas capables de résoudre. Comme contrepartie de ces fonctions juridiques, les familles touchées par des problèmes étaient obligées d’offrir quelque chose à Che Nampanda. Normalement c’étaient des excédents de la production agricole, des poules, etc.

 Les familles pauvres qui n’avaient rien pour lui donner, cherchaient une personne de la mbumba pour offrir avec les paroles suivantes : ‘ Nous sommes pauvres et nous n’avons rien pour vous donner. Voici ce jeune homme / cette jeune fille pour vous’.  Normalement quand ce jeune homme / cette jeune fille était un bon travailleur et avait un bon comportement, Che Nampanda le laissait vivre dans  sa communauté comme esclave domestique local. Quand c’était une jeune femme belle, travailleuse et respectueuse, généralement, elle restait comme épouse de Che Nampanda. Au cas contraire, ces jeunes hommes ou femmes étaient vendus dans les villages proches (le village de Mavago par exemple), qui ensuite les vendaient aux arabes sur la côte de le Tanzanie ».

iii) – Les esclaves utilisés comme travailleurs domestiques

A propos de l’esclavage domestique pratiqué dans les villages en étude, nous avons le témoignage d’un groupe de paysans du village Miala (Antonio Calange Amade, Ali Omar, Tomé Aide, Saide Ndari Liossa, Sinaque Baraka, Américo Imede et Maria Ndala) qui nous ont dit ce qui suit :

– « La majorité de ces esclaves était constituée par des captifs des guerres. Cependant, quelques uns étaient obtenus à travers du commerce avec d’autres communautés. Nos ancêtres amenaient des chiens et du tabac pour échange avec les jeunes hommes particulièrement de la province de la Zambézia qui étaient amenés jusque là et utilisés comme esclaves domestiques, principalement dans les maisons et champs de culture du roitelet. Toutefois, plus tard ils pouvaient se marier avec les hommes ou les femmes Yao ».

c) –  Les routes du commerce

Le territoire Ajaua dans la province de Nyassa était un centre commercial très important qui était en contact avec les commerçants étrangers surtout ceux de Quiloa, Ibo et Mossuril. Les études de Ernesto de Vilhena ont démontré aussi que « les Ajaua traversaient le Rovuma pour les territoires allemands où ils échangeaient leurs produits avec des armes et de poudre de chasse ».[44]  De la même façon, Eduardo Medeiros affirme que « les commerçants des esclaves Ajaua ont établi un commerce lucratif de l’actuel Malawi et de la province de Nyassa soit vers les marchés de Quissanga/Ibo, dans l’embouchure du fleuve Rovuma et Quiloa, soit vers les plateaux et vers le littoral de la province de la Zambézia et d’Angoche ».[45] A ce sujet, Saide Beula et Monsieur Ndala nous ont dit ceci :

–  « Avant le grand commerce des esclaves, une grand partie de nos ancêtres, étaient devenus de grands chasseurs et de grands  commerçants d’ivoire. Pendant cette période, cette région était riche en éléphants. Ils ont pensé à constituer des caravanes commerciales entre le fleuve Zambèze et la partie nord du littoral. C’était pendant cette période que nos ancêtres ont ouvert les routes commerciales jusqu’aux établissements des Arabes situés en Tanzanie. De cette façon, pour assurer leurs négoces,  les chefs de nos ancêtres plaçaient leurs vassaux dans les terres où passaient les chemins de leur commerce vers la côte, et par conséquent, ils imposaient la domination politique dans les régions par où ils passaient ».

Cette idée est confirmée par J. Clyde Mitchell qui dit que « nous ne pouvons avoir  aucun doute que les expéditions arabes de Quiloa passaient par le territoire des Yao dans la vallée du Rovuma la plus convenable des routes de l’Afrique centrale ». [46]

João Coutinho nous donne aussi une idée sur les routes internes du commerce Ajaua. A ce sujet il nous dit que « les Ajaua sortaient de leur pays en caravanes de plusieurs milliers, traversaient les régions de Lomué, Anguru et Boror, Ingode et un petit groupe arrivait jusqu’à Quelimane ».[47] Le même auteur affirme que « les caravanes allaient à la côte seulement quand il n’y avait pas de commerçants arabes à l’intérieur du territoire ».[48]

Tous les paysans que nous avons interrogés dans les villages en étude, concordent avec ces auteurs par rapport au commerce des peuples Ajaua avec d’autres peuples, en particulier avec les arabes sur la côte de l’océan Indien. A ce sujet dit ceci :

– « C’est difficile de connaître bien les routes utilisés par nos ancêtres pendant le commerce des esclaves. Cependant, nous pensons que les chemins utilisés par nos ancêtres pour aller au Tanzanie pour chercher du travail dans les plantations capitalistes pendant la domination allemande et anglaise, étaient les mêmes utilisées par les commerçants des esclaves. Il faut observer qu’au début de la colonisation anglaise de la Tanzanie, nos ancêtres allaient dans les régions de Kilosa, Mausi, Morogoro et Nzimba pour chercher du travail dans les plantations de sisal. Au retour, ils  amenaient des tissus avec eux ».

Pour bien illustrer la route des Ajaua dans les territoires en étude vers la côte, le roitelet Calange et Balaka Licande nous ont dit ce qui suit :

– « Nos ancêtres sortaient de Unango jusqu’à Mitumuni à pied. Ils traversaient le fleuve Rovuma jusqu’au village qui actuellement s’appelle Mukulu en Tanzanie. De ce village ils prenaient une voiture et  allaient jusqu’à Songea où ils prenaient une autre voiture jusqu’à Njombe. Après, généralement pendant la nuit ils allaient à pied jusqu’à Ilinga. Ensuite ils passaient par Kologue où ils prenaient un train pour Mazinde d’où ils prenaient une voiture pour Torondo. Ce chemin était aussi utilisé pour aller jusqu’à Zanzibar».

Une autre version sur ce sujet, nous est donnée par le roitelet Nampanda, Rajabo Chaibo et Haide Hassane Matama  qui nous disent :

– « Nous ne nous rappelons pas du parcours utilisé par nos ancêtres pour aller jusqu’à la côte pour faire le commerce. Nous savons seulement qu’ils passaient par différents villages pour arriver jusqu’en Tanzanie pour faire le commerce avec les arabes. Nous savons aussi que  dans les voyages pour la côte ils sortaient de Unango jusqu’à Macalodje et ensuite ils allaient jusqu’au village du roitelet Madjolela qui s’appelle Matenge (dans le district de Sanga). Après, pendant deux jours ils parcouraient des zones de forêts vers la Tanzanie (dans la zone de Chilambo).  Avant d’arriver à Chilambo ils dormaient à Metomone d’où ils sortaient pour le village Salawando (c’était un village d’un roitelet d’origine nguni qui avait le même nom) en Tanzanie. Dans ce village arrivaient des voitures pour les transporter jusqu’à Songea d’où ils partaient pour différentes directions. Quelques uns allaient vers les zones de travail et d’autres allaient vers la côte pour le commerce. Ceux qui allaient vers la côte  le faisaient par voiture jusqu’à Tunduru, après le Village de Lindi sur la côte  où ils prenaient un navire vers Dar Es Salam et ensuite ils voyageaient par train jusqu’au village de Kilossa où ils recevaient les instruments pour la production dans les plantations capitalistes ».

Sur les chemins du commerce des esclaves pour la côte, Serafim Salava Monheheri, nous a donné la version suivante:

– « Nos ancêtres sortaient des villages de la région du Mont Unango et allaient jusqu’à Songea pour faire du commerce avec les arabes. Songea était un important centre de commerce. Pendant le parcours, le premier jour ils dormaient à Macalodge. Dans le jour suivant ils allaient à pied jusqu’au village Luala où ils dormaient. Ensuite ils allaient jusqu’au village Moola et  traversaient le fleuve Rovuma jusqu’au village de Metomoni en Tanzanie. De Motomoni ils allaient dormir dans le village de Barabara et le jour suivant ils allaient jusqu’à Namatu (ou Matue) où ils dormaient aussi. Ensuite, le jour après ils arrivaient à Songea où ils faisaient les échanges avec les arabes. Ils recevaient principalement des tissus noirs et blancs. Les produits étaient rendus au roitelet qui, selon les règles de la tradition, les distribuait.

Généralement, le voyage de la région de Unango jusqu’à Songea en Tanzanie durait deux mois ».  

Quant à Eduardo Medeiros, il affirme que « les chemins qu’empruntaient les Ajaua pour le voyage était celui qui menait vers le vallée du Zambèze, en particulier vers Quelimane ; un autre suivait la vallée du fleuve Lugenda jusqu’à sa confluence avec le fleuve Rovuma, et à partir de là, ils se dirigeaient vers Zanzibar dans la zone côtière de Quiloa, où se trouvaient deux entrepôts commerciaux (Kilwa-kivinje et Kilwa-Kisawani) ; un troisième chemin passait au-delà de Lugenda par le pays des Macua-meto, entre Namuno et Montepuez, et ici ils se divisaient en deux groupes : le premier allait vers Quissanga et d’autres ports du littoral du nord de Cabo Delgado et aussi vers les villages de la baie de Pemba, comme Bilibiza, le deuxième se dirigeait vers les villages de Mecufi du Lurio, sur la côte, ou vers le sud-est qui traversait le fleuve Lurio un peu avant Oua, pour enfin se rendre à Mossuril, tout près de l’Ile du Mozambique »[49]

Par rapport au commerce dans la province de la Zambézia, M’paka Alifa nous a dit ce qui suit :

– « Quand Che Chipango s’apercevait des avantages du commerce des esclaves, il disait à ses communautés de commencer à produire le tabac pour être amené à la Province de la Zambézia, en particulier au village de Chivambo où était facile de l’échanger avec les hommes qui étaient ensuite amenés pour être vendus aux arabes sur la côte de la Tanzanie, en particulier de Songea.  Outre les hommes, nos ancêtres Wayo producteurs de tabac allaient aussi jusqu’à la Zambézia pour l’échanger avec du sel, des tissus, des couvertures, des aiguilles, des lames, etc. 

La préférence de Che Chipango pour les hommes de la Zambézia, était aussi en  rapport avec la préoccupation d’augmenter la population dans ses territoires, puisque la diminution de celle-ci,  signifiait la diminution de son pouvoir économique, politique et social ».

Comme conséquence du commerce des esclaves et du travail migratoire pour la Tanzanie le chef du Poste Administratif de Unango nous a dit ceci :

 – « Aujourd’hui nous pouvons trouver dans plusieurs villages du Sud de la Tanzanie beaucoup de descendants Ajaua de la région du mont Unango des communautés de Calange, Nampanda et Chipango qui se sont mariés  avec les femmes de ce pays ».


[1] Selon les paysans des villages en étude, le terme « Wachisi » était le nom donné aux hommes spécialisés dans la fabrication des articles de fer, particulièrement de houes et de haches.

[2] MITCHELL, J. Clyde: 1956, 22.

[3] SHERIFF, Abdul M. H. : La côte d’Afrique orientale et son rôle dans le commerce maritime. Dans MOKHTAR, G. (dir.) – Dans: Boahen, A.A (edr.) : Histoire Générale de l’Afrique – vol. II, Afrique ancienne. Paris, Unesco/NEA, 1989, 595.

[4] CONCEICÃO, Antonio Rafael Fernandes da: Entre mer et Terre – Situations identitaires des populations côtières du nord mozambicain (Cabo Delgado : 1929 -1979). Thèse de doctoract sous la direction de Pierre – Philippe REY, 1993, 136.

[5] SHERIFF, Abdul M. H : 1989, 608.

[6] Op. Cit. : 1989, 610.

[7] Les échanges aantérieures à l’occupation portuagaise de la côte.

[8] CONCEICÃO, Antonio Rafael Fernandes da : 1993, 162.

[9] Mas’Udi : Les Praires d’or. Traduction française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille. Revue et Corrigée par Charles Pellat. Tome premier. Paris, Collection d’Ouvrages Orientaux, 1962, Chapitre XVI, p. 148, § 407.

[10] Op. Cit. : 1962, Chapitre XVI, p. 150, § 412.

[11] Mas’Udi : Les Praires d’or. Tradution française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille . Revue et Corrigée par Charles Pellat. Tome II. Paris, Collection d’Ouvrages Orientaux, 1965, [III, 1] Chapitre XXXIII, p. 323, § 848.

[12] Op. Cit. : 1965, [III, 1] Chapitre XXXIII, p. 323, § 848.

[13] Désigne sans doute les Swahili.

[14] BATTUTA, Ibn, Muhammed ibn’ Allah, Voyages d’Ibn Battûta / Texte Arabe, accompagné d’une traduction par C. DEFREMERY et le Dr. B. R. SANGUINETTI ; réimpression de l’édition de l’année 1854 augmenté d’une préface et notes de Vincent Monteil. Anthropos, Paris, 1979, 191 et 192.

[15] CONCEICÃO, Antonio Rafael Fernandes da : 1993, 162.

[16] SHERIFF, Abdul M. H.: 1989, 611.

[17] DOMINGOS, Luis Tomas : La question de l’identité ethnique et la formation de l’Etat – Nation au Mozambique : Le cas des Sena de la Vallée du Zambèze.Thèse de doctoract dirigée par Pierre – Philippe REY, 2002, 158.

[18] CONCEICÃO, Antonio Rafael Fernandes da: 1993, 163.

[19] Op. Cit. : 1993, 137.

[20] AMARAL, Manuel G. da Gama : 1990, 45.

[21] SERRA, Carlos : Como a penetração estrangeira transformou o modo de produção dos camponeses moçambicanos. Maputo, Nucleo Editorial da Universidade Eduardo Mondlane, 1986,11.

[22] DOMINGOS, Luis Tomas : 2002, 161

[23] CONCEICÃO, Antonio Rafael Fernandes da: 1993, 172.

[24] Op. Cit.: 1993, 38.

[25] SERRA, Carlos : 1986,12 et 13.

[26] BATTUTA, Ibn, Muhammed ibn’ Allah : 1979: 191, 192 et 193.

[27] FELICIANO, José Fialho: Comércio e acumulaçao nas socidades moçambicanas. In Actas do Seminario: “Moçambique: Navegaçoes Comércio e Técnicas” (Maputo, 25 a 28 de Novembro de 1996), Faculdade de Letras Eduardo Mondlane de Maputo: Comissao Nacional para as Comemoraçoes dos Descobrimentos Portugueses (Org.), Lisboa: C.N.C.D.P., 1998, p.p. 351 – 361, 353.

[28] DOMINGOS, Luis Tomas : 2002, 158.

[29] Op. Cit. : 2002, 158.

[30] SERRA, Carlos : Como a penetração estrangeira transformou o modo de produção dos camponeses moçambicanos. Maputo, Nucleo Editorial da Universidade Eduardo Mondlane, 1986,11.

[31]COSTA, Camilo Manuel Silveira da: 1960, 9.

[32] MITCHELL, J. Clyde: 1956, 22.

[33] AMARAL, Manuel G. da Gama : 1990, 45.

[34] LOBATO, Antonio Sousa: “Monografia etnografica original sobre o povo Ajaua”. In: Bol. da Sociedade de Estudos de Moçambique, Lourenço Marques n° 63, 1949, pp. 7 – 17, 8.

[35] MATOS, Maria Leonor Correia de: Notas sobre direito de propriedade da terra dos povos Angoni, Acheua e Ajaua da provincia de Moçambique. In: Memorias do Instituto de Investigação Cientifica de Moçambique; série C, vol. 7, 1965, 110.

[36] THOROLD, Alan : 2000, 344

[37]FELICIANO, José Fialho: 1998, p.p. 351 – 361, 354.

[38] MITCHELL, J. Clyde: 1956, 37.

[39] ROCHA, Aurélio: Os afro-islâmicos da costa de Moçambique. A terra e os homens. In: Ilha de Moçambique, Conferência de Povos e Culturas, AIEP Editore, 1999, 29.

[40] AMARAL, Manuel da Gama : 1990, 209.

[41] Op. Cit.: 1990, 211.

[42] Selon Rafael da Conceição (1993 : 138 et 188), « le sultanat de Zanzibar a exercé, historiquement, une influence très accentuées sur la côte au nord de Cabo Delgado, d’abord par l’intermédiaire des relations mercantiles, ensuite par la mise en place des structures conçues à des fins politiques ». Au Xème siècle l’île de Zanzibar fait partie de Kilwa.

[43] Njomba c’est le terme utilisé par les Ajaua pour se référer aux neveux.

[44] ERNESTO, Jardim de Vilhena: 1905, 407.

[45] MEDEIROS, Eduardo da Conceição : 1988, 38.

[46] MITCHELL, J. Clyde: 1956, 22.

[47] COUTINHO, João de Azevedo : Do Nyassa à Pemba : Os territorios da Companhia do Niassa : O futuro

porto comercial da região dos Lagos. Lisboa: Typ. Da Companhia Nacional, 1893,47.

[48] Op; Cit.: 1893,49.

[49] MEDEIROS, Eduardo da Conceição: 1997,86.

Mozambique (en 2020)
Ville de Songea, au nord de la Tanzanie actuelle, était le lieu de commerce avec les Arabes
Marché de Songea aujour’dhui

L’article au format .pdf

La révolte d’Abushiri (1888-1890)

LB, 2 mai 2021

Au centre : Abushiri ibn Salim al-Harthi. Source : Hermann von Wissmann : Deutschlands grösster Afrikaner ; Sein Leben u. Wirken unter Benutzg d. Nachlasses dargest. unter Mitw. von … / C. v. Perbandt ; G. Richelmann ; Rochus Schmidt Erscheinungsdatum: 1906

Privé de ses colonies à la fin de la Première Guerre mondiale, le IIe Reich fut présent en Afrique pendant trente-cinq ans. Une histoire, éclipsée dans nos mémoires par le conflit de 1939-1945 et par l’Holocauste.

Bien que sa présence sur le continent africain soit avérée depuis le XVIIe siècle, surtout à travers des expéditions scientifiques, l’Allemagne n’avait pas de réelle politique coloniale. Alors que les autres nations se partageaient le monde (la France dès 1830 en Algérie, l’Angleterre en 1757 en Inde), l’Allemagne était encore trop occupée à réaliser sa propre unité, qui date de 1871. Ce n’est qu’à partir de 1884 que le chancelier Otto Von Bismarck change de stratégie afin d’assurer à son pays des positions géostratégiques autour du globe. En novembre 1884, il accueille ainsi la conférence de Berlin, lors de laquelle les 14 États invités entérinent leur partage du continent.

Le partage de l’Afrique, Conférence de Berlin 1885

Caricature de 1885 titrée « Découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin. A chcun sa part, si l’on est bien sage ». Journal l’Illustration.

Caricature de 1885 titrée « Découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin – À chacun sa part, si l’on est bien sage. » Journal L’Illustration.

L’Afrique de l’Est

La région de l’Afrique de l’Est, composée principalement du Kenya, de la Tanzanie et de l’Ouganda, est dynamique dans tous les domaines d’activités humaines.  Elle a toujours entretenu des relations commerciales avec l’extérieur. De célèbres marins à l’instar de l’eunuque chinois Zheng He ont arrimé sur la côte est. Le sultanat de Zanzibar est devenu la puissance militaire et commerciale dans la région faisant la jonction entre le continent africain et la péninsule arabique. Basé sur l’île de Zanzibar, le sultan a maintenu le contrôle nominal de l’Afrique continentale par un certain nombre d’intermédiaires ethno-arabes. Ces commerçants s’aventureraient à l’intérieur des terres, prendre à la fois des esclaves et de l’ivoire pour les amener sur la côte pour l’exportation. Les esclaves finissaient soit dans les diverses plantations sur les îles, soit au loin dans la péninsule arabique ou en Inde. L’ivoire était exporté dans le monde entier, de l’Asie vers l’Europe. Alors que ce commerce a rendu le sultan et ses disciples fabuleusement riches, il a également attiré l’attention des pouvoirs européens, dont l’empire allemand nouvellement uni.

Colonies allemandes en Afrique

Les colonies allemandes en Afrique

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est a débuté sous le nom de Société de colonisation allemande en 1884. L’empire allemand n’avait été uni qu’en 1871 après une série de guerres réussies contre l’Autriche, le Danemark et la France. Il avait ainsi manqué les premières vagues de colonisation en Amérique du Nord et en Asie. Une partie de la société allemande souhaitait lancer une colonisation pour que l’Allemagne ait «sa place au soleil», aux côtés des autres puissances européennes.

Drapeau de la société allemande de l’Afrique de l’Est

Les raisons économiques et militaires.

En tant que puissance industrielle montante, l’Allemagne recherchait des marchés pour ses produits finis, ainsi que des sources de matières premières pour son industrie manufacturière. De plus, les colonies étaient considérées comme des endroits où le surplus de population pouvait émigrer. Militairement, posséder des colonies permettait le recrutement de forces armées coloniales, augmentant les effectifs disponibles. Les colonies ont également servi de bases militaires pour protéger les voies maritimes et terrestres.

En plus des avantages matériels, la colonisation a apporté le prestige de l’occupant sur l’international et généralement satisfait les nationalistes et expansionnistes nationaux. Les explorateurs qui ont réussi étaient célébrés chez eux ; leurs découvertes prouvant leur force nationale et ingéniosité. Ces découvertes ont également servi un double objectif, car elles pouvaient plus tard être utilisées pour revendiquer les régions en question. C’est pour ses diverses raisons que l’entreprise allemande s’est aventurée dans la région, revendiquant les terres, les ressources et les habitants d’Afrique de l’Est.

Carte de l’Afrique orientale allemande

Expansion allemande en Afrique de l’Est à partir de 1885

La Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est a commencé son expansion à partir d’un terrain loué sur la côte de la Tanzanie moderne. Le bail de location était signé avec le sultan de Zanzibar en 1885 pour 50 ans. L’entreprise allemande était à la recherche des ressources naturelles de l’intérieur et le contrôle de la côte permettait l’accès à l’intérieur.

Une bonne partie de la partie continentale du sultanat était vaguement contrôle depuis Zanzibar.  Le sultan comptait sur les riches commerçants qui s’aventuraient vers l’intérieur pour se procurer des marchandises et des esclaves.  Ces notables formaient l’épine dorsale des classes dirigeantes locales. Ils ont commencé à s’organiser afin de protéger leurs intérêts économiques et politiques de l’entreprise allemande. Voyant que les Allemands et les notables swahili locaux recherchaient les mêmes ressources, ils avaient deux options : soit coopérer avec les Allemands mieux armés et servir d’intermédiaires comme ils l’ont fait avec le sultan, soit rivaliser avec eux économiquement, une politique qui aboutirait à terme à un conflit armé. Comme la société a tenté d’établir un contrôle et de s’étendre sur le continent, un notable local du nom d’Al Bashir ibn Salim Al-Harthi (Abushiri) a choisi la seconde option. Il a lancé une révolte contre la Compagnie allemande d’Afrique de l’Est.

Le chef Abushiri

Le chef Abushiri était un notable local. Il affirmait descendre, par son père, des premiers colons arabes et avoir des racines locales à travers sa mère africaine. Il est né en 1845, et s’établit comme fermier, sur une grande plantation, qu’il acheta après un nombre d’expéditions commerciales rentables à l’intérieur du Tanganyika.

La révolte d’Abushiri

En 1888, il était devenu évident que les aspirations de l’élite locale sur la côte swahili et la Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est était inconciliable. Les commerçants swahilis recherchaient le pouvoir politique afin de sauvegarder leurs intérêts commerciaux et sociaux, tandis que la société allemande cherchait le contrôle afin de profiter du commerce et de la propriété de la côte swahili, ainsi que les terres intérieures.

Rassemblant une grande force composée à la fois d’Africains et d’Arabes, le chef Abushiri a commencé sa révolte en septembre 1888 en tirant sur un navire allemand dans la ville côtière de Tanga. Il repartit pour Kilwa et y tua deux Allemands. Sa prochaine cible était le port stratégique de Bagamoyo, la capitale commerciale du Tanganyika et autrefois un centre d’exportation pour les esclaves de l’intérieur. Sa force armée était passée à environ 8000 hommes mais ils manquaient d’armes. Les Allemands ont répondu à l’offensive en envoyant une force de soldats indigènes, connus sous le nom d’Askari. Cette force avait l’avantage de l’armement moderne et elle a réussi à vaincre le chef Abushiri. Vaincu, le chef Abushiri a fui vers le nord jusqu’à ce qu’il soit trahi par un des siens.  

Soldats Askari de l’Afrique orientale allemande

La mort d’Abushiri

Les Allemands l’ont rapidement pendu le 15 décembre 1889. La rébellion perdura après sa mort puisqu’il a fallu aux forces allemandes presqu’une année avant de reprendre la ville de Kilwa. À l’automne 1890, il devint évident que la Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est ne pouvait pas contrôler correctement sa concession. Le gouvernement allemand est intervenu et il a racheté l’entreprise. Au moment où la révolte a été complètement écrasée en 1891, le contrôle de l’Afrique orientale était passée de manière décisive aux mains du gouvernement impérial allemand.

Exécution publique d’Abushiri, 15 décembre 1889

Conclusion

Du point de vue de la puissance coloniale allemande, la révolte d’Abushiri n’a été qu’un petit revers dans la ruée vers les colonies africaines. S’il est vrai que le chef de la révolte n’a pas fait grand-chose pour arrêter la colonisation de l’Afrique de l’Est, elle a accéléré le processus en forçant le gouvernement allemand à intervenir. Cette révolte prouve que les peuples d’Afrique de l’Est ont tenté d’établir et de contrôler leur propre entité politique, face à la colonisation européenne et à la désintégration du Sultanat de Zanzibar. Alors qu’ils étaient voués à l’échec dès le départ, les rebelles ont utilisé la surprise comme technique d’attaque et ils ont tenté de rompre les liens allemands avec les ports de la côte swahili. Malheureusement pour eux, ils ont fait face à une nation européenne avancée, capable de déployer des armées utilisant les technologies modernes (les fusils à verrou, l’artillerie moderne et les mitrailleuses). La fin de la révolte ouvre une nouvelle ère coloniale pour l’Afrique de l’Est : les Allemands établissent la colonie d’Afrique orientale. Suite à la Première Guerre mondiale, cette colonie est reprise par les Britanniques. Elle a obtenu son indépendance pour devenir la nation du Tanganyika en 1961, puis la Tanzanie en 1964.

Référénces bibliographiques :

Rochus Schmidt(de), Deutschlands Kolonien, vol. 1, Berlin, Schall & Grund, 1894, 296 p., p. 71

(de) Bernd Längin(en), Die deutschen Kolonien: Schauplätze und Schicksale 1884-1918, Hambourg, Mittler, 2004, 328 p. (ISBN 3-8132-0854-0 et 978-3813208214).

J. Overy, 1948-, Atlas de l’histoire du monde, Sélection du Reader’s Digest, 1999

HOW BIG PUN PRECEDED THE MOVEMENT OF AFRO-LATINIDAD

by Victoria Kabeya, 20 avril 2021

Cet article se concentre sur l’importance du regretté rappeur Big Pun dans le mouvement afro-latino qui est devenu courant aux États-Unis au milieu des années 2010 au sommet des B L M. Il explorera comment Pun a réussi à surpasser les divisions nourries par un raciste systémique américain qui a divisé la diaspora en mettant en valeur l’héritage afro-indigène des Hispaniques des Caraïbes, à une époque où leur identité raciale, jugée complexe par les Noirs américains, a toujours été écarté et jamais reconnu, par mépris et par manque de pouvoir politique.

Les révoltés du Meermin

Réalisé par Nic Young, Joe Kennedy au Pays-Bas

Durée : 52 minutes

Année : 2010

Voir ici : https://www.facebook.com/1452948641600994/videos/2070591543170031

Du Meermin à Robben Island: L'histoire courageuse de la révolte d'un  esclave appelé Massavana (Texte + Documentaire) | http://mediaafrik.com

Au cours de l’été 1766, le «Meermin», navire négrier hollandais, quitte Madagascar pour rejoindre Le Cap, en Afrique du Sud. A son bord, 147 esclaves Malgaches, hommes, femmes et enfants, s’entassent dans des conditions innommables. Portés par la volonté de retrouver leur liberté et leur île, ils parviennent à se libérer de leurs chaînes et à prendre le contrôle du vaisseau pour rentrer chez eux. Mais, trompés par leur ignorance de la mer et par l’équipage hollandais qui, chaque nuit, remet le cap sur les côtes sud-africaines, ils ne peuvent éviter le naufrage. L’archéologue Jaco Boshoff et l’historienne Lucy Campbell, spécialiste de l’esclavage, tous deux originaires du Cap, restituent les étapes cruciales de cette aventure maritime.

Toliara, 1766

Auteur : Vahatra sy Elatra

Toliara, Madagascar. Cette ville portuaire est sans aucun doute la mieux placée pour rappeler un passé qui nous concerner tous. C’est d’ici, de ces lieux et par ce bras de mer, que fut capturé Massavana, Malgache raflé et transporté à bord du navire négrier néerlandais Meermin pour être vendu comme esclave à destination du Cap de Bonne Espérance.

Massavana se rebelle héroiquement, mais la fin de l’histoire fut triste et révoltante : dupé par ses ravisseurs hollandais et capturé, il fut emprisonné à Robben Island, où plus tard, bien des décennies plus tard, on emprisonnera un autre héros africain. L’archéologue Jaco Boshoff, du musée Iziko. Le Cap, a retrouvé le plan de ce navire négrier Meermin : un trois-mâts de 31 mètres de long,  spécialement  conçu pour le transport en général et la traite d’esclaves en particulier.

Navire négrier Meermin

Cape town. L’histoire courageuse de Massavana se passe en 1766. Entre 1652 et 1800, un peu moins de 3 000 Malgaches furent transportés à bord de ces bateaux négriers vers Cape Town. Ils ne furent pas autorisés à garder leurs noms malgaches: tous étaient renommés soit suivant les jours de la semaine (Monday, Friday, Tuesday), soit les mois de l’année (January, February, March…), soit par des noms connus dans la mythologie européenne ou dans l’histoire du Vieux continent (Alexander, César, Darius), soit par des noms issus de la Bible (Adam, Jacob, Samuel), soit par le nom de leurs propriétaires.  Mais ils étaient reconnaissables par l’attachement géographique accordé à leurs patronymes : Samuel von Madagascar, Friday von Madagascar, Johnson von Madagascar. etc.

Les esclaves débarqués en Afrique du Sud étaient originaires, entre autres, de l’Inde,  du Mozambique, d’Abyssinie (A l’époque, ce territoire  recouvrait les actuels Éthiopie, Érythrée et Soudan), du Bengale, de Madagascar, du Japon, de la Guinée, d’Angola, d’Indonésie.

Les actes héroiques des esclaves malgaches révoltés étaient nombreux, avec diverses fortunes. On connait l’existence d’un Anthony Von Madagascar qui prit la fuite en mars 1655, à Cape Town, et ne refit plus jamais surface; l’existence, également de Tromp Von Madagascar, qui s’est enfuit de Cape Town en 1713, avec un groupe d’esclaves. Il fut capturé et sa sentence fut sa mise à mort par empalement : Tromp ne le permit pas à ses géôliers, il se suicida.  On connait aussi une Eva Von Madagascar, débarquée en Afrique du Sud en décembre 1654 : elle fut donnée en cadeau à Jan Van Riebeeck, qui installa le premier comptoir Sud-Africain de  la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. La razzia concernait aussi des enfants en bas âge : une  » Clein Eva « , petite fille Malgache de cinq ans, qui fut aussi octroyée à Van Riebeeck par le roi d’Antongil, en 1657.

Nouveau Monde. Le commerce d’esclaves malgaches vers l’Amérique commenca vers la fin du XVIIe siècle/début XVIIIe siècle. Ainsi, par exemple, de 1719  à 1725, plus d’un millier d’esclaves Malgaches débarquèrent en Virginie, par les ports du fleuve de Rappahannock et du York River.

Le bateau Prince Eugene, en provenance de Bristol, accosta le 18 mai 1719 avec 340 esclaves Malgaches  à bord.  Le Mercury, vaisseau britannique, arriva par le fleuve de  Rappahannock le 17 mai 1720 : 466 Malagaches. Ils furent suivis d’autres navires negriers tels le Rebecca Snow, le Gascoigne Galley et le Henrietta : ces trois vaisseaux arrivèrent successivement en à peine six semaines avec des centaines de Malgaches capturés depuis la Grande île. On estime qu’entre 1719 et 1721, quelques 1 231 Malgaches ont été capturés, transportés et vendus dans le seul territoire de Virginie. Le même commerce se fera dans d’autres Etats.

Les témoignages de vies de ces esclaves ont été longtemps mis en doute et sous-estimés. Il faudra attendre quelques décennies avant que ces souvenirs, baptisés  « récits d’esclaves « , retrouvèrent leurs sens et leurs valeurs, créant un genre littéraire en soi. La Case de l’Oncle Tom est le plus connu de ces récits, mais des descendants d’esclaves malgaches y ont aussi participé. C’est le cas du récit d’Isaac Johnson, dont la mère fut parmi les premiers esclaves malgaches capturés sur nos terres et vendus aux Etats-unis. Isaac Johnson, né d’une Malgache, fut vendu avec sa mère et sa fatrie par son propre père – Voici un extrait de ses mémoires, Slavery days in Old Kentucky, 1901

Extrait :  « My grandfather was an Irishman, named Griffin Yeager, and his brothers were engaged in the villainous vocation of the Slave Trade. Their business was to steal Negroes from Africa or wherever they could get them and sell them as slaves in the United States. My mother was stolen by these people from the island of Madagascar in the year 1840. She was brought to America and given to my grandfather who concluded she would make a good servant. He gave her the name of Jane and kept her till he died, which was soon after.

Isaac Johnson, 1901

Image

En 1910 parait aussi l’interview de la Malgache Katie Jacobs, 96 ans, fille d’esclave Malgache capturé à Madagascar et asservi à Cape Town. Katie avait six ans quand la traite des esclaves fut arrêtée.  Son interview est l’un des rares documents en bande-son réalisés de cette époque (le seul connu par l’auteur de l’article).

Voici un extrait de la transcription écrite :  »I was born on Mr Mostert’s farm, near Kalabas Kraal,’ she recalled. ‘I don’t know the exact day, but I was between nineteen and twenty years when we were freed. My father was a Malagasy, and my mother a Cape woman. I began to work when still very young. When my baas, through old age, was unable to continue farming, he distributed most of his chattels among his sons, whom he had set up as farmers in the neighbourhood. I and some cattle and horses were given to baas Kootje; my mother and some more cattle were presented to another son in Frenchhoek. From that day I never saw my mother, nor do I know what became of her.”

Katie Jacobs, avec deux de ses arrières-petits-enfants, 1910.

Katie Jacobs

Ces témoignages fournissent des détails précis sur les conditions de vie, inhumaines, de ces esclaves. Certains sont racontés par le septième art, comme le récit de l’esclave américain Solomon Northup, publié pour la première fois en 1853 et immortalisé au cinéma par Steeve Mac Queen, 2013.

Pour revenir à l’histoire vraie de Massavana, regardons le film  »Les Révoltés de Meermin » 2010. Voir le lien ci-dessous :

https://www.facebook.com/watch/?v=2070591543170031

THE LAST QUEEN OF THE MYSTERIOUS SIDDHIS (ABYSSINIAN) OF SACHIN STATE IN INDIA

Dr Uday Dokras,Phd-Stockholm SWEDEN

Architect Srishti Dokras

Indo Nordic Author’s Collective

Publié le 28 février 2021

Fatima Begum (ou Fatma Begum), 1892-1983, actrice et réalisatrice, est considéree comme l’une des pionnières du cinéma indien. Elle aura trois filles avec le Nawab de l’Etat de Sachin. La mystérieuse relation entre le Nawab de Sachin et une femme du cinéma donnera une lignée d’actrices indiennes. Dans son article, « The last queen of mysterious siddhis of Sachin state in India », le Dr Uday Dokras retrace sa vie professionnelle et sa descendance avec le dernier prince de Sachin.

Version française – traduction de l’original ci-dessus

«Black Iraqis Are Not The Descendants of Slaves. On The Cushitic Origins of Iraq»

by Victoria Kabeya, January 25th, 2021

« Les Irakiens noirs ne sont pas les descendants des esclaves.

Sur les origines cushitiques de l’Irak »

par Victoria Kabeya, 25 janvier 2021

Un grand remerciement à Victoria Kabeya, auteur de plusieurs ouvrages et articles sur les populations afro-descendantes du Proche et Moyen Orient. Ses travaux de recherche se concentrent sur les Etats d’Israël et d’Irak. Madame Victoria Kabeya nous apporte une nouveau regard sur les origines des populations d’ascendance africaine en Irak. Ces dernières sont souvent considérées comme des descendants des Zanjs, esclaves révoltés de Bagdad sans prendre en compte la diversité des peuples de la Corne de l’Afrique qui sont venus s’installés dans les basses plaines de Mésopotamie. L’auteur ici nous rappelle des faits historiques incontestables sur les origines cushitiques des noirs d’Irak. Elle montre que la négligence et le regroupement systématique des noirs d’Irak dans la catégorie des esclaves est loin d’être vrai. Les noirs Irakiens sont un mélange de peuples indigènes noirs installés en Mésopotamie depuis des siècles. Cet article montre que la présence des Noirs en Irak n’est pas que le fait de l’esclavage mais résulte d’une continuité géographique et historique entre la Corne de l’Afrique et la péninsule arabique.