Archives de catégorie : Patrimoine

L’histoire de la princesse Breffu du ghana devenue une esclave déportée. a la tête d’une révolte massive d’esclaves pour s’emparer de l’ile de St John, Antilles en 1733

 par Gloria Asare, Ikon Versace

Traduction et publication avec l’autorisation des auteurs , 6 Aout 2021

La princesse Breffu, une fière Africaine originaire d’Akwamu, dans la nation du Ghana, qui a été réduite en esclavage dans les Antilles danoises, a été créditée d’avoir dirigé l’une des plus longues rébellions d’esclaves enregistrées dans l’histoire de l’Amérique.

Le Danemark a commencé à s’impliquer dans la traite des esclaves africains en 1657. Quinze ans plus tard, en 1672, après avoir vaincu les Indiens Taino locaux, ils ont commencé à coloniser trois îles des Antilles, St. John, St. Thomas et Sainte-Croix, les Antilles danoises qui sont maintenant les îles Vierges américaines.

Ces îles sont rapidement devenues le centre de ces trois cultures de rente : la canne à sucre, le coton et le café. Des plantations ont ensuite été établies, des moulins à sucre ont été construits et les personnes réduites en esclavage ont été amenées d’Afrique de l’Ouest pour fournir de la main-d’œuvre à ces entreprises. Au début du XVIIIe siècle, la Compagnie danoise des Antilles et de la Guinée avait concentré ses opérations de traite des esclaves dans et autour de la ville d’Accra dans ce que nous appelons maintenant le Ghana.

Le peuple Akwamu de la région d’Akan avait été réduit en esclavage suite à des défaites contre le peuple Akyem. C’est à la mort de leur souverain, le roi Ansa Sasraku en 1730, que de nombreux Akwamu ont été réduits en esclavage et ont été vendus à des marchands d’esclaves danois et transportés sur l’île de St. John, aux Antilles danoises.

Plus tard dans l’année 1733, en représailles au traitement brutal et aux conditions de vie difficiles, les esclaves à travers l’île de St-John, y compris de nombreux Akwamu qui étaient nouveaux, ont fui leurs plantations et se sont cachés dans les bois où ils ont planifié une rébellion.

Ils étaient organisés par les membres de la famille royale Akwamu qui étaient également réduits en esclavage et résidaient dans différentes plantations. Les dirigeants comprenaient : le prince June, le prince Kanta, le roi Bolombo, le prince Aquashie et la princesse Breffu qui a également été réduite en esclavage dans la plantation de Pieter Kröyer à Coral Bay, à St-John.

Tôt le 23 novembre 1733, les insurrections d’esclaves commencent sur l’île St-John. Un magistrat local, Johannes Sodtmann, a été tué dans la plantation de Coral Bay. Peu de temps après, les esclaves ont été admis à Fort Fredericksvaern pour livrer du bois.  Et une fois à l’intérieur, ils ont tué les gardes à l’entrée avec des couteaux qui étaient auparavant cachés à de leur livraison.

Au son du canon tiré depuis le fort, premier signal donné, la princesse Breffu fit irruption dans la maison principale de la plantation Kröyer et tua à la fois Kröyer et sa femme. Breffu et ses partisans ont pris toutes les armes à feu, la poudre à canon et les munitions de la plantation Kröyer et accompagnés d’un autre esclave appelé Christian, Breffu s’est ensuite rendue à la maison familiale Van Stell, où elle a tué trois membres de la famille du propriétaire de la plantation. Certains des maîtres d’esclaves ont pu quitter l’île à bord de bateaux et de canoës et les habitants d’Akwamu ont pris le contrôle de la majeure partie du territoire. Avec Breffu comme chef, le peuple Akwamu a pris le contrôle de la majeure partie de l’île de St-John, détruisant de nombreuses maisons et brûlant des récoltes. Le plan de reprise des plantations a été couronné de succès jusqu’au début d’avril 1734, lorsque l’armée française a accepté d’aider les Danois à reprendre le contrôle de l’île.

Fin avril, Breffu et vingt-trois de ses partisans se sont suicidés lors d’une cérémonie rituelle à Brown’s Bay pour échapper à la capture.

En avril ou mai 1734, son corps a été découvert à Browns Bay, avec les 23 autres rebelles qui s’étaient suicidés, au cours de laquelle un propriétaire de plantation a enregistré avec surprise que, « l’un des chefs de la rébellion, Breffu, qu’aucun de nous n’ait jamais connu, et que nous avons supposé être un homme ayant assassiné mon fils Pieter Krøyer et sa femme, est en réalité une femme. Les soldats français avaient écrasé la rébellion et les planteurs hollandais regagnaient leurs propriétés. Le dernier des rebelles d’Akwamu a été tué en août de la même année, mettant fin à la rébellion de neuf mois des enfants d’Afrique réduits en esclavage. Breffu est connue jusqu’à présent comme la « Reine de St-John » et elle est célébrée chaque année par un défilé et une reconstitution de l’insurrection.

Breffu a été dramatisée comme la « Queen of St-John » dans la pièce « Three queens » Dans une production de 2006, la princesse Breffu a été interprétée par l’universitaire Jaweh David. Elle a également figuré en tant que sujet dans les chars du festival des célébrations St. John.

Bibliographie :

St. John Tradewinds (19 June 2006). “Three Local Queens Embodied in Chautauqua Series”. St. John Tradewinds. Retrieved 31 March 2018.

    Andrea Milam (5 July 2014). “New Troupes Dance Through Cruz Bay Alongside Old Favorites at 60th Anniversary Festival Parade”. St. John Tradewinds. Retrieved 31 March 2018.

    “The story of Breffu, a female slave from Ghana who led a massive slave revolt to take over the West Indies in 1733”. Face2Face Africa. 2018-09-03. Retrieved 2019-09-17.

Toliara, 1766

Auteur : Vahatra sy Elatra

Toliara, Madagascar. Cette ville portuaire est sans aucun doute la mieux placée pour rappeler un passé qui nous concerner tous. C’est d’ici, de ces lieux et par ce bras de mer, que fut capturé Massavana, Malgache raflé et transporté à bord du navire négrier néerlandais Meermin pour être vendu comme esclave à destination du Cap de Bonne Espérance.

Massavana se rebelle héroiquement, mais la fin de l’histoire fut triste et révoltante : dupé par ses ravisseurs hollandais et capturé, il fut emprisonné à Robben Island, où plus tard, bien des décennies plus tard, on emprisonnera un autre héros africain. L’archéologue Jaco Boshoff, du musée Iziko. Le Cap, a retrouvé le plan de ce navire négrier Meermin : un trois-mâts de 31 mètres de long,  spécialement  conçu pour le transport en général et la traite d’esclaves en particulier.

Navire négrier Meermin

Cape town. L’histoire courageuse de Massavana se passe en 1766. Entre 1652 et 1800, un peu moins de 3 000 Malgaches furent transportés à bord de ces bateaux négriers vers Cape Town. Ils ne furent pas autorisés à garder leurs noms malgaches: tous étaient renommés soit suivant les jours de la semaine (Monday, Friday, Tuesday), soit les mois de l’année (January, February, March…), soit par des noms connus dans la mythologie européenne ou dans l’histoire du Vieux continent (Alexander, César, Darius), soit par des noms issus de la Bible (Adam, Jacob, Samuel), soit par le nom de leurs propriétaires.  Mais ils étaient reconnaissables par l’attachement géographique accordé à leurs patronymes : Samuel von Madagascar, Friday von Madagascar, Johnson von Madagascar. etc.

Les esclaves débarqués en Afrique du Sud étaient originaires, entre autres, de l’Inde,  du Mozambique, d’Abyssinie (A l’époque, ce territoire  recouvrait les actuels Éthiopie, Érythrée et Soudan), du Bengale, de Madagascar, du Japon, de la Guinée, d’Angola, d’Indonésie.

Les actes héroiques des esclaves malgaches révoltés étaient nombreux, avec diverses fortunes. On connait l’existence d’un Anthony Von Madagascar qui prit la fuite en mars 1655, à Cape Town, et ne refit plus jamais surface; l’existence, également de Tromp Von Madagascar, qui s’est enfuit de Cape Town en 1713, avec un groupe d’esclaves. Il fut capturé et sa sentence fut sa mise à mort par empalement : Tromp ne le permit pas à ses géôliers, il se suicida.  On connait aussi une Eva Von Madagascar, débarquée en Afrique du Sud en décembre 1654 : elle fut donnée en cadeau à Jan Van Riebeeck, qui installa le premier comptoir Sud-Africain de  la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. La razzia concernait aussi des enfants en bas âge : une  » Clein Eva « , petite fille Malgache de cinq ans, qui fut aussi octroyée à Van Riebeeck par le roi d’Antongil, en 1657.

Nouveau Monde. Le commerce d’esclaves malgaches vers l’Amérique commenca vers la fin du XVIIe siècle/début XVIIIe siècle. Ainsi, par exemple, de 1719  à 1725, plus d’un millier d’esclaves Malgaches débarquèrent en Virginie, par les ports du fleuve de Rappahannock et du York River.

Le bateau Prince Eugene, en provenance de Bristol, accosta le 18 mai 1719 avec 340 esclaves Malgaches  à bord.  Le Mercury, vaisseau britannique, arriva par le fleuve de  Rappahannock le 17 mai 1720 : 466 Malagaches. Ils furent suivis d’autres navires negriers tels le Rebecca Snow, le Gascoigne Galley et le Henrietta : ces trois vaisseaux arrivèrent successivement en à peine six semaines avec des centaines de Malgaches capturés depuis la Grande île. On estime qu’entre 1719 et 1721, quelques 1 231 Malgaches ont été capturés, transportés et vendus dans le seul territoire de Virginie. Le même commerce se fera dans d’autres Etats.

Les témoignages de vies de ces esclaves ont été longtemps mis en doute et sous-estimés. Il faudra attendre quelques décennies avant que ces souvenirs, baptisés  « récits d’esclaves « , retrouvèrent leurs sens et leurs valeurs, créant un genre littéraire en soi. La Case de l’Oncle Tom est le plus connu de ces récits, mais des descendants d’esclaves malgaches y ont aussi participé. C’est le cas du récit d’Isaac Johnson, dont la mère fut parmi les premiers esclaves malgaches capturés sur nos terres et vendus aux Etats-unis. Isaac Johnson, né d’une Malgache, fut vendu avec sa mère et sa fatrie par son propre père – Voici un extrait de ses mémoires, Slavery days in Old Kentucky, 1901

Extrait :  « My grandfather was an Irishman, named Griffin Yeager, and his brothers were engaged in the villainous vocation of the Slave Trade. Their business was to steal Negroes from Africa or wherever they could get them and sell them as slaves in the United States. My mother was stolen by these people from the island of Madagascar in the year 1840. She was brought to America and given to my grandfather who concluded she would make a good servant. He gave her the name of Jane and kept her till he died, which was soon after.

Isaac Johnson, 1901

Image

En 1910 parait aussi l’interview de la Malgache Katie Jacobs, 96 ans, fille d’esclave Malgache capturé à Madagascar et asservi à Cape Town. Katie avait six ans quand la traite des esclaves fut arrêtée.  Son interview est l’un des rares documents en bande-son réalisés de cette époque (le seul connu par l’auteur de l’article).

Voici un extrait de la transcription écrite :  »I was born on Mr Mostert’s farm, near Kalabas Kraal,’ she recalled. ‘I don’t know the exact day, but I was between nineteen and twenty years when we were freed. My father was a Malagasy, and my mother a Cape woman. I began to work when still very young. When my baas, through old age, was unable to continue farming, he distributed most of his chattels among his sons, whom he had set up as farmers in the neighbourhood. I and some cattle and horses were given to baas Kootje; my mother and some more cattle were presented to another son in Frenchhoek. From that day I never saw my mother, nor do I know what became of her.”

Katie Jacobs, avec deux de ses arrières-petits-enfants, 1910.

Katie Jacobs

Ces témoignages fournissent des détails précis sur les conditions de vie, inhumaines, de ces esclaves. Certains sont racontés par le septième art, comme le récit de l’esclave américain Solomon Northup, publié pour la première fois en 1853 et immortalisé au cinéma par Steeve Mac Queen, 2013.

Pour revenir à l’histoire vraie de Massavana, regardons le film  »Les Révoltés de Meermin » 2010. Voir le lien ci-dessous :

https://www.facebook.com/watch/?v=2070591543170031

Who Built Murad Janjira the Siddi Fort in India

By Dr Uday Dokras, President The Indo Nordic Author’s collective

Stockholm and Nagpur

Qui a construit le Fort Siddi de Janjira en Inde ?

Malik Ambar est crédité de la construction du fort de Janjira dans la région de Murud, Inde. Après sa construction en 1567, le fort était la clé de la résistance des Siddis face aux diverses tentatives d’invasion des Marathas, des Moghols et des Portugais. Une partie de la vie de Malik Ambar, Ethiopien de la région Omoro d’Harare, est liée à la construction de ce fort.

Construire la mémoire des Afro-descendants de l’océan Indien est devenu l’une des voie de la reconnaissance de l’histoire africaine dans l’histoire du monde et de l’océan indien. Malik Ambar fait partie des rois Africains qui régnèrent en Inde. Il participa activement à la construction du fort. Aujourd’hui le fort fait partie du patrimoine culturel et historique de l’Inde. Dr Uday Dokras décrit l’histoire de ce fort et son rôle dans l’histoire du Gudjarat, pilier défensive de la mer d’Oman.

Version française par LB, 20 février 2021

Janjira Fort-Siddhi Architecture of India

Dr Uday Dokras B.Sc., 10 février 2021

B.A. (Managerial Economics), LLB. Nagpur University, India Graduate Studies,Queen’s University,

Canada MBA (CALSTATE,USA)

Graduate Diploma in Law, Stockholm University,

Sweden Ph.D (Management) Stockholm University, Sweden

CONSULTANT- Gorewada International Zoo, Nagpur,India- Largest Zoo and Safari in Asia Srishti Dokras B.Arch. (Institute for Design Education and Architectural Studies)


Janjira is an Island in India which holds the most unique Fort built by the Bantu (African) tribe who were living in India and had their own king. This fort was never conquered. It was very difficult to approach- built in a zig zag design. Not only that it was a immense and had its own garrison inside the compound. Read about this increduble design and enjoy.

A B S T R A C T
Janjira – The Undefeated Fort
Janjira Fort is situated on the Murud beach in the Arabian sea along the Konkan coast line. Murud is the nearest town to the fort which is located at about 165 kms from Mumbai. You need to drive on the NH17 till Pen & then proceed towards Murud via Alibaug and Revdanda. The Rajapuri jetty is from where sail boats sail to the fort entrance. The road from murud town to janjira fort takes you a top a small hill from where you get the first glimpse of this amazing fort. Once you decent this hill, you reach
Rajapuri jetty which is a small fishermen village. The sail boats take you from the jetty to the main door of the fort . One unique feature of this fort is that the entrance is not easily visible from a distance and can only be identified, once you go nearer to the walls of the fort. This was a strategy due to which Janjira was never conquered as the enemy would just keep on wondering about the entrance of the fort. The walls of the fort have become abraded due to harsh waves crashing on its surface for over so many centuries. The remains of the palaces and courts in the fort are not well-maintained as it should have been. The Balekilla or the main complex of the fort is strategically located at a higher altitude right at the center of the fort so that it remains safe from the attack from any of the directions. The Lake in this island fort is surprisingly a fresh water source in middle of the sea. About 2 kms in north-west direction, you can also see another island fort, ‘Padmadurg’ which was constructed by Chhatrapati ShivajiMaharaj inorder to conquer Janjira but his effort did not yield any fruitful result. This is a must visit place for all who adore History. Janjira Fort still stands tall among the violent waves of the Arabian Sea, roaring about its glorious past.

Résumé -Janjira – Le fort invaincu Janjira est situé sur la plage de Murud dans la mer d’Oman, le long de la côte de Konkan. Murud est la ville la plus proche du fort qui est situé à environ 165 kms de Mumbai. Vous devez conduire sur le NH17 jusqu’à Pen, puis continuez vers Murud via Alibaug et Revdanda. La jetée de Rajapuri est le lieu de départ des voiliers naviguant jusqu’à l’entrée du fort. La route de la ville de Murud au fort de Janjira vous emmène sur une petite colline d’où vous aurez un premier aperçu de ce fort étonnant. Une fois que vous avez descendu cette colline, vous atteignez la jetée de Rajapuri dans un petit village de pêcheurs. Les voiliers vous emmènent de la jetée à la porte principale du fort. Une caractéristique unique de ce fort est que l’entrée n’est pas facilement visible de loin et ne peut être identifiée qu’une fois que vous vous approchez des murs du fort. C’était une stratégie défensive expliquant pourquoi Janjira n’a jamais été conquise car l’ennemi ne cessait de s’interroger sur l’entrée du fort. Les murs du fort sont devenus abrasés en raison de vagues violentes s’écrasant sur sa surface pendant des siècles. Les vestiges des palais et des cours du fort ne sont pas bien entretenus comme ils l’auraient dû être. Le complexe principal du fort est stratégiquement situé à une altitude plus élevée, au centre du fort, afin qu’il reste à l’abri d’attaques. Le lac est une source d’eau douce au milieu de la mer. Environ 2 kms en direction nord-ouest, vous pouvez également voir un autre fort de l’île, ‘Padmadurg’, qui a été construit par Chhatrapati Shivaji Maharaj afin de conquérir Janjira, mais son effort n’a donné aucun résultat fructueux. C’est un endroit incontournable pour tous ceux qui adorent l’Histoire. Le fort de Janjira se dresse toujours au milieu des vagues violentes de la mer d’Oman, rugissant à propos de son passé glorieux.

Mission Lodge

Île de Mahé, République des Seychelles

Les ruines de Mission Lodge, situées sur l’île de Mahé aux Seychelles, sont la trace d’une période importante de l’histoire dell’archipel : dans les années 1878-1889, après l’abolition de l’esclavage, la Société des Missionnaires de l’Église a construit ce site afin d’accueillir les orphelins issus de l’esclavage. Restent aujourd’hui les fondations de cinq bâtiments, quelques murs et encadrements de fenêtres.

Voir le site internet ci-dessous :

Association CHAM | Seychelles, UNESCO, Venn’s Town Mission Lodge

https://www.cham.asso.fr/republique-seychelles-cham

La mosquée Sidi Saiyyed à Ahmedabad, au Gujarat (Inde)

par Laurence Buzenot, 6 janvier 2021

Le changement des perspectives et des représentations est aujour’dhui essentiel afin de se réapprorier son espace-temps india-océanique. Les Afro-descendants se définissent par une culture qui a essaimé dans tous les pays bordiers de l’océan Indien. La mosquée Sidi Saiyyed à Ahmedabad, au Gujarat, est une sublime ode en pierre à l’extraordinaire héritage architectural de la diaspora africaine en Inde. Shaykh Sayyid al-Habshi Sultani, ou Sidi Saiyyed, construit sa mosquée éponyme en 1573, juste avant l’invasion des Moghols. La mosquée est l’un des plus beaux spécimens des réalisations architecturales prodigieuses des Sidis en Inde. Située au cœur de la vieille ville fortifiée d’Ahmedabad, la conception de la mosquée comprend des arcs, des dômes, des coupoles et des voûtes. La mosquée est érigée comme un théâtre sans un quatrième mur, célèbre pour le travail en filigrane finement sculpté sur ses jalis (fenêtres à écran). L’indologue et historien de l’art du XXème siècle, Vincent Arthur Smith, a décrit ces jalis comme « l’œuvre de treillis en pierre la plus artistique que l’on puisse trouver partout dans le monde ».

Détail d’une fenêtre du mur extérieur ouest de la mosquée. Représentation d’un arbre de la vie. Source : Atlas obscura

Intérieur de la mosquée avec ses colonnes et les arcs brisés. Source : Atlas obscura
Extérieur de la mosquée. Les quatre fenêtres du mur extérieur. Source : Atlas obscura
Mur extérieur ouest de la mosquée avec, sur la photographie, trois fenêtres. Au total, il y en a quatre. Source : Atlas obscura