Mission Lodge

Île de Mahé, République des Seychelles

Les ruines de Mission Lodge, situées sur l’île de Mahé aux Seychelles, sont la trace d’une période importante de l’histoire dell’archipel : dans les années 1878-1889, après l’abolition de l’esclavage, la Société des Missionnaires de l’Église a construit ce site afin d’accueillir les orphelins issus de l’esclavage. Restent aujourd’hui les fondations de cinq bâtiments, quelques murs et encadrements de fenêtres.

Voir le site internet ci-dessous :

Association CHAM | Seychelles, UNESCO, Venn’s Town Mission Lodge

https://www.cham.asso.fr/republique-seychelles-cham

Dans Black Lives Matter, les Irakiens noirs voient le reflet de leur propre combat

Par Ibrahim Al Marashi, 20 Juillet 2020, www.trtword.com

publié par LB, le 13/01/2021

L’auteur, Ibrahim Al Marashi est professeur associé au Département d’Hisoire de la State University of California, San Marcos. Il est l’auteur de “The Modern History of Iraq”, 4ème édition.

Voici un extrait de l’article (traduit en français) :

Les irako-africains réagissent à la mort de Floyd

Les Irakiens-Africains ont cherché à utiliser  la mort de George Floyd pour faire la lumière sur leur propre oppression. Eux aussi ont cherché à organiser une veillée pour Floyd, mais ont été empêchés de le faire en raison de la  situation précaire de l’Irak en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le mouvement cherche toujours à modifier la constitution irakienne pour interdire la discrimination contre les Noirs, et faire en sorte que l’État améliore leur représentation au parlement et leurs opportunités d’emploi. La plupart continuent à occuper des emplois subalternes, en tant que nettoyeurs ou musiciens et danseurs. Ils n’ont pas la possibilité de servir et d’avancer dans l’armée et la police, ainsi que dans les bureaucraties locales.

Ils continuent de rechercher une prise de conscience sociale de leur sort, demandant l’accès aux médias nationaux pour répondre à leurs griefs, ainsi que la réforme des programmes scolaires pour reconnaître leur histoire de manière impartiale.  

Leur lutte vise à redresser l’humiliation et la dégradation que la communauté a endurées pendant des siècles, leur donnant une certaine dignité.

Outre la photo d’Obama, Thijeel a également accroché une photo du révérend Dr. Martin Luther King. 

Tous deux ont finalement été assassinés pour avoir fait progresser les droits civils de leurs communautés respectives. On espère que Thijeel sera reconnu comme un Martin Luther King irakien non seulement par les Irakiens-Africains, mais par tous les Irakiens.

Nota bena : Jalal Diab Thijeel, un Irakien-Africain, a fondé le Mouvement irakien libre en 2007 pour représenter sa communauté d’environ deux millions de personnes, principalement située dans la province de Bassora. 

Voir article complet en suivant le lien :

https://www.trtworld.com/opinion/in-black-lives-matter-black-iraqis-see-reflection-of-their-own-struggle-38255

Recollecting Africa: Diasporic Memory in the Indian Ocean World, Edward A. Alpers, 2000.

Alpers, Edward A. “Recollecting Africa: Diasporic Memory in the Indian Ocean World.” African Studies Review, vol. 43, no. 1, 2000, pp. 83–99. JSTOR, www.jstor.org/stable/524722. Accessed 11 Jan. 2021.

Abstract

The African presence in the Indian Ocean world represents one of the most neglected aspects of the global diaspora of African peoples. Yet very significant numbers of people of African descent today inhabit virtually all the countries of the western Indian Ocean littoral. It is evident, however, that African voices have been actively silenced in this diaspora both by the cultural contexts of their host societies and by the way in which the scholarly production of knowledge has reflected such cultural domination. Consequently, to get at the experiences of Africans in the Indian Ocean world and assess their sense of being of or belonging to Africa, we must look to popular culture. In this paper I examine some of the evidence for recollecting Africa in the Indian Ocean world, citing examples of music, song, dance, religion and healing, language, and folkways from both first generation diaspora Africans and their descendants. I conclude by cautioning us not to impose paradigms developed from the experience of Africans in the diaspora of the Atlantic world, with its particular forms of Euro-American racism and concomitant black responses. Journal Information

Résumé

La présence africaine dans les régions de l’Océan Indien représente un des aspects les plus négligés de la diaspora globale des peuples africains. Pourtant, un nombre important de peuples d’origine africaine habitent aujourd’hui tous les pays bordiers de l’océan Indien. Il est évident toutefois que les voix africaines ont été activement réduites au silence dans cette diaspora, à la fois par les contextes culturels de leurs sociétés hôtesses, et par la façon dont la production de savoir universitaire a reflété une telle domination culturelle. En conséquence, pour obtenir un témoignage des expériences des africains dans les régions de l’océan Indien et pour évaluer leur sentiment d’être ou d’appartenir à l’Afrique, nous devons nous tourner vers la culture populaire. Dans cet article, nous examinons quelques unes des preuves remémorant l’Afrique dans les régions de l’océan Indien, en citant des exemples parmi la musique, le chant, la danse, la religion et la médecine des guérisseurs, la langue et le folklore, à la fois chez les Africains de la diaspora de première génération et chez leurs descendants. Nous concluons en mettant en garde de ne pas imposer de paradigmes développés de par l’expérience des Africains dans la diaspora du monde atlantique, avec ses formes très particulières de racisme euro-américain et ses réponses noires concomitantes.

African Studies Review, a multi-disciplinary scholarly journal, publishes original research and analyses of Africa and book reviews three times annually. It encourages scholarly debates across disciplines. The editing of the African Studies Review is supported by Five Colleges, Inc., a consortium representing Amherst College, Hampshire College, Mount Holyoke College, Smith College, and the University of Massachusetts. Publisher Information

Cambridge University Press (www.cambridge.org) is the publishing division of the University of Cambridge, one of the world’s leading research institutions and winner of 81 Nobel Prizes. Cambridge University Press is committed by its charter to disseminate knowledge as widely as possible across the globe. It publishes over 2,500 books a year for distribution in more than 200 countries. Cambridge Journals publishes over 250 peer-reviewed academic journals across a wide range of subject areas, in print and online. Many of these journals are the leading academic publications in their fields and together they form one of the most valuable and comprehensive bodies of research available today. For more information, visit http://journals.cambridge.org.

Shihan de S. Jayasuriya and Richard Pankhurst (eds), The African Diaspora in the Indian Ocean (Eritrea: Africa World press, 2003).

par Manish Karmwar Shyam Lal College (Eve.), University of Delhi, Delhi

Traduit pat LB, 11 janvier 2021

Abstract : Shihan De S. Jayasuriya and Richard Pankhurst edited book is a collection of scholarly work. Eight scholars, researching the African Diaspora in distinct geographical locations in the Indian Ocean region and with expertise in the areas of Anthropology, Linguistics, International relations, Politics and Sociology, have contributed papers to this book. Edward A. Alpers compares the African Diaspora in the Indian Ocean with that of the Atlantic Ocean. Eduardo Medeiros surveys the
Mozambican Diaspora in the Indian Ocean Islands (Madagascar, Seychelles, the Mascarenhas, Mauritius and Reunion) and the cultural identities that they developed. Malyn Newitt’s paper on African migration to Madagascar focuses on the African contribution to contemporary Malagasy culture. Helen Hintjens demonstrates the African Diaspora in reunion and focuses on the transformation of the Diaspora into French citizens. Jean Houbert surveys the colonization-decolonization of the Indian Ocean Islands of Mauritius, Reunion, Rodrigues, Seychelles and Chagos. Richard Pankhurst surveys the African Diaspora in India from Medieval times to the end of the 18th century. Helene Basu focuses on the Diaspora from the global and political elite context and delineates local constructions of Siddi identity in Gujarat (Western India) that is embedded in a cult of African saints. Finally, Shihan de S. Jayasuriya surveys the African Diaspora in Sri Lanka and examines the largest community of African descendants in Sri Lanka whose presence is signaled through dance and Music.

Résumé en français : Le livre édité par Shihan De S. Jayasuriya et Richard Pankhurst est une collection de travaux universitaires.

Les principales contributions à cet ouvrage : Edward A.Alpers compare la diaspora africaine dans l’océan Indien à celle de l’océan Atlantique. Eduardo Medeiross interroge la diaspora mozambicaine dans les îles de l’océan Indien (Madagascar, Seychelles, les Mascareignes, Maurice et La Réunion) et les identités culturelles qu’elles ont développées. L’article de Malyn Newitt sur la migration africaine à Madagascar met l’accent sur la contribution africaine à la culture malgache contemporaine. Helen Hintjens démontre la diaspora africaine à La Réunion et se concentre sur la transformation de la diaspora en citoyen français. Jean Houbert surveille la colonisation-décolonisation des îles Maurice, de la Réunion, de Rodrigues, des Seychelles et des Chagos de l’océan Indien. Richard Pankhurst étudie la diaspora africaine en Inde de l’époque médiévale à la fin du 18e siècle. Helene Basu se concentre sur la diaspora dans le contexte de l’élite mondiale et politique et elle délimite les constructions locales de l’identité siddi au Gujarat (Inde occidentale) qui est intégrée dans un culte des saints africains. Enfin, Shihan de S. Jayasuriyasurve porte son attention sur la diaspora africaine au Sri Lanka. Elle examine la plus grande communauté de descendants africains au Sri Lanka dont la présence est signalée par la danse et la musique.

Les auteurs

Shihan de Silva Jayasuriya est chercheur associé au King’s College London de l’Université de Londres et membre de la Royal Asiatic Society de Grande-Bretagne et d’Irlande. Elle est coordinatrice de TADIA (La diaspora africaine en Asie), un projet associé à l’UNESCO. Elle et Richard Pankhurst sont les auteurs de The African Diaspora in the Indian Ocean (2003).

Richard Pankhurst est né en 1927 à Londres, en Angleterre, dans une famille progressiste de gauche. Sa mère, E. Sylvia Pankhurst était une militante éthiopienne renommée, féministe et anti-fasciste déclarée. Son grand-père, Richard Pankhurst, était un avocat libéral connu sous le nom de “Red Doctor”. Après que Pankhurst ait obtenu son doctorat. en histoire économique en 1956, il a commencé à enseigner au Collège universitaire d’Addis-Abeba, en Ethiopie. En 1962, le Dr Pankhurst a fondé l’Institut d’études éthiopiennes de l’Université d’Addis-Abeba. Il a été le premier directeur de l’institut de 1962 à 1972. En 1976, après la révolution éthiopienne, le Dr Pankhurst a quitté l’Éthiopie et est retourné en Angleterre. Au cours des dix années suivantes, il a travaillé comme bibliothécaire à la Royal Asiatic Society. En 1986, le Dr Pankhurst est retourné en Éthiopie, où il mène à nouveau des recherches à l’Institut d’études éthiopiennes. Le Dr Pankhurst a co-écrit 22 livres et a édité ou compilé 17 livres sur l’Éthiopie. En outre, il a écrit plus de 400 articles savants sur l’histoire, la culture et la tradition éthiopiennes qui ont paru dans de nombreuses revues, magazines et journaux universitaires à travers le monde.

Médéa L., 2009, Kaf. Etude pluridisciplinaire, Zarlor Editions, 235 pages.

L’ouvrage de Laurent Médéa paru en 2009, il y a plus de 10 ans offre un regard humaniste sur la question des Kaf sur l’île de La Réunion. Novateur et philanthropique sur une question longtemps oubliée et des questions sont posées :

Qui sont les Kaf à la Réunion ? Quelle est leur place dans la société ? Comment vivent-ils leur identité ? Quel est le regard de l’Autre sur leur couleur de peau ?

Pour répondre à ces questions, Laurent Médéa, sociologue spécialisé sur les questions liées à l’identité réunionnaise, a réuni une vingtaine de contributions originales et novatrices de spécialistes issus de diverses disciplines (sociologie, histoire, sciences de l’éducation, anthropologie sociale, psychologie, etc.) et qui se sont penchés durant leurs recherches sur la question des Kaf, replacée dans le contexte socio-historique de la Réunion. Soixante-trois ans après la Départementalisation, l’île de La Réunion demeure hantée par son passé colonial et esclavagiste, tout comme la France. Cet ouvrage présente un état des lieux de la question Kaf à La Réunion en réunissant les savoirs de référence sur ce thème contemporain qu’est la place des Noirs dans notre société.

Laurent MEDEA est titulaire d’un Doctorat en Sociologie Culturelle de l’Université de Warwick (Grande-Bretagne) et d un post-Doctorat en Sociologie de la Déviance à l’Université de La Réunion. Ses recherches doctorales portaient sur les interactions entre la créolisation et la domination et l’influence de ces interactions sur le processus de la formation de l’identité culturelle et sociale à La Réunion. Sa recherche postdoctorale s’intéressait à la délinquance juvénile en étudiant les facteurs environnementaux et individuels qui permettent d’expliquer le passage à l’acte d’un individu.

Purnima Mehta Bhatt, The African Diaspora in India: Assimilation, Change and Cultural Survivals Routledge, London: 2018.

par Manish Karmwar Shyam Lal College (Eve.), University of Delhi, Delhi

Traduction française Laurence Buzenot

Publié le 9 janvier 2021

Résumé en anglais : The African Diaspora in India: Assimilation, Change and Cultural Survivals by Purnima Mehta Bhatt (2018) explores the subject of African presence in India. She focuses on cultural assimilation and survivals of the Sidis, who occupy a unique place in Indian history. The Sidis comprise scattered communities of people of African descent who travelled and settled in many parts of south Asian continent and have left a strong impression on these societies.

Résumé en Français : Le livre le plus récent sur la diaspora africaine en Inde est The African Diaspora in India: Assimilation, Change and Cultural Survivals par Purnima Mehta Bhatt publié en 2018. L’auteur explore le sujet de la présence africaine en Inde. Elle se concentre sur l’assimilation culturelle et les survivances des Siddis qui occupent une place unique dans l’histoire indienne. Les Siddis comprennent des communautés dispersées de personnes d’ascendance africaine qui ont voyagé et se sont installées dans de nombreuses régions du continent sud-asiatique et ont laissé une forte impression sur ces sociétés.

La mosquée Sidi Saiyyed à Ahmedabad, au Gujarat (Inde)

par Laurence Buzenot, 6 janvier 2021

Le changement des perspectives et des représentations est aujour’dhui essentiel afin de se réapprorier son espace-temps india-océanique. Les Afro-descendants se définissent par une culture qui a essaimé dans tous les pays bordiers de l’océan Indien. La mosquée Sidi Saiyyed à Ahmedabad, au Gujarat, est une sublime ode en pierre à l’extraordinaire héritage architectural de la diaspora africaine en Inde. Shaykh Sayyid al-Habshi Sultani, ou Sidi Saiyyed, construit sa mosquée éponyme en 1573, juste avant l’invasion des Moghols. La mosquée est l’un des plus beaux spécimens des réalisations architecturales prodigieuses des Sidis en Inde. Située au cœur de la vieille ville fortifiée d’Ahmedabad, la conception de la mosquée comprend des arcs, des dômes, des coupoles et des voûtes. La mosquée est érigée comme un théâtre sans un quatrième mur, célèbre pour le travail en filigrane finement sculpté sur ses jalis (fenêtres à écran). L’indologue et historien de l’art du XXème siècle, Vincent Arthur Smith, a décrit ces jalis comme “l’œuvre de treillis en pierre la plus artistique que l’on puisse trouver partout dans le monde”.

Détail d’une fenêtre du mur extérieur ouest de la mosquée. Représentation d’un arbre de la vie. Source : Atlas obscura

Intérieur de la mosquée avec ses colonnes et les arcs brisés. Source : Atlas obscura
Extérieur de la mosquée. Les quatre fenêtres du mur extérieur. Source : Atlas obscura
Mur extérieur ouest de la mosquée avec, sur la photographie, trois fenêtres. Au total, il y en a quatre. Source : Atlas obscura